mercredi 5 juillet 2017

Bacheliers d'hier et d'aujourd'hui : Bravo !




En 1851, la gloire du village, c'est le PETIT Paul, le fils "à son père et à sa mère" ! Paul a 22 ans, il vit au Bas Plessis, pas loin de Prinçay.
Certes son père est propriétaire, mais ce n'est ni le rentier de la Tour d'Oyré, ni le Sous-intendant  de la Cataudière !
Au bas Plessis, on ne compte pas de château ni de grosse demeure, seulement des fermes.
François PETIT dit le Malin vit avec Catherine GUILLE, il est cultivateur.
Leur vie est travailleuse mais confortable, deux domestiques, Louis BOUTET 19 ans, et Marie NEVEU 25 ans.
Un seul enfant nait dans ce foyer. Longtemps attendu, François et Catherine ont la quarantaine quand la vie leur fait enfin ce cadeau.  Un p'tit Paul. Pour ce fils unique François et Catherine ont des projets, une ambition à laquelle le p'tit Paul répond, curieux, intelligent.
Au village, le p'tit Paul, tout le monde est fier de lui. Monsieur BEJEAU, l'instituteur de l'école publique fraichement ouverte, et Pierre COTREAU qui fut le premier maitre d'Availles en 1841 et enseignait chez lui. Fier l'était aussi Jean-Baptiste MORIN, le curé qui lui a fait réciter ses déclinaisons après la messe.
Même moi je suis fière de lui encore aujourd'hui !
Parce que le p'tit Paul, c'est le bachelier d'Availles !
Notre Bachelier es lettres !


Généalogie du village d'Availles-en-Châtellerault. 
Source : AD86 recensements de population.

2 commentaires:

  1. Quel bel article. Je ne me souviens pas avoir lu cet article... c'est vrai que j'en ai loupé quelques uns. Peu allait jusqu'au bac à cette époque et même à la mienne d'ailleurs vu l'éloignement des collèges :) merci pour cette lecture estivale. Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Annick. Il s'agit d'un extrait de l'article concernant les recensements de 1851. Cette mention m'avait amusée. Elle reflète l'ambiance qui règne parfois entre l'agent recenseur et les recensés du village. Un sentiment de proximité, de familiarité qui explique parfois les erreurs, les approximations (pourquoi noter ce que d'évidence tout le monde sait), mais aussi les petites fiertés.
      Bises

      Supprimer