vendredi 23 juin 2017

T comme au Tableau avec la Série 1T 2 des #AD86 ! #challengeAZ #Availles86




22 juin 2017, Canicule toujours. Un jour à se réfugier aux AD86 ou comment conjuguer patrimoine et plan canicule.
Nous avons poursuivi l'exploration de la Série 1T 2 à la recherche des instituteurs de l'école d'Availles. La tâche est longue et parfois frustrante. Tous les instituteurs répertoriés au fur et à mesure des recherches (registres d'état civil, recensements, histoire de l'école) ne bénéficient pas d'un dossier (peut-être faudra-t-il chercher encore, ailleurs, mieux). Néanmoins lorsqu'il existe celui-ci nous donne de précieux renseignements sur leur parcours, l'évaluation de leur travail et de leur école. Une mine d'informations sur le village et les écoliers.
La série 1T est classée par ordre alphabétique. Chaque boite est explorée en totalité, au delà de l'instituteur ciblé, à la recherche des enseignants méconnus du village.
Nous faisons ainsi la connaissance de Pierre LEFORT.


Celui-ci est né le 13 avril 1813 à Andrezé en Maine et Loire. Il obtient son brevet simple le 2 septembre 1833 à La Roche-sur-Yon. Puis une mention honorable en 1851.
Marié à Marie-Estelle GIRARD, il est père d'un garçon. Il enseigne successivement à Saint-Sauveur, Montmorillon, Loudun, Ceaux, Saint-Martin l'Ars, St Georges puis Availles à partir du 2 septembre1874.
Le rapport d'inspection fait à l'école d'Availles le 23 juin 1876 nous donne les informations suivantes :


  • Notre instituteur âgé de 63 ans a 26 ans de service. 
  • Il est marié et père d'un fils de 21 ans; 
  • La population de la commune est de 735 habitants
  • 115 enfants sont en âge de fréquenter l'école. 
  • Sur les 66 enfants inscrits à l'école, 47 sont présents le jour de l'inspection dont 19 élèves gratuits. 
  • Aucun enfant au-dessous de 6 ans. 
  • L'école est mixte, mais il devrait y avoir une école de filles. 
  • Le registre matricule n'est pas en ordre, le registre scolaire est mal tenu, de même que le journal. 
  • Le registre des abonnements compte 43 abonnés. ? 
  • L'appréciation de l'inspecteur sur la capacité , la conduite , les principes religieux de l'instituteur , ses rapports avec les autorités locales et les familles, la considération dont il jouit :
    • Conduite : bien. 
    • Considération : peu
    • Capacité : une maladie, dont il a été atteint dernièrement lui a enlevé une partie de ses facultés mentales. 
    • Zèle : s'en va. Plus du tout dans la tenue des registres scolaires. 
    • Relations : bien
    • Tenue : le paletot. 
  • Soins donnés à l'éducation : passable
  • Tenue générale de l'école et moyens disciplinaires :
    • ordre : manque
    • Exactitude : à 1H1/2 on n'était pas encore rentré
    • Assiduité : 21 sortis pour 87 ; 19 absents sur 66
    • Propreté : assez bien
    • Discipline : faible
    • Politesse : assez. 
  • Enseignement 
    • Instruction religieuse : bien
    • Lecture : mal, aucune amélioration
    • Ecriture : 17 garçons et 10 fille ne peuvent rien écrire au tableau noir
    • Langue française : médiocre
    • Calcul et système métrique ; idem
    • Histoire et géographie : Point d'histoire. 2 filles et trois garçons ont vu de la géographie. 
    • Travaux à l'aiguille : assez bien
    • Matières facultatives : assez bien
    • Enseignement agricole ou horticole : assez bien
  • Appréciation générale et valeur de l'établissement : Cette école va de plus en plus mal. M. Lefort ne peut pas être laissé plus longtemps dans cette classe nombreuse. 
  • Nom de la maîtresse des aiguilles : Mme LEFORT

Suivent la description de la salle de classe, du logement du maître et de l'école. La cour est fermée, le préau couvert, la classe à blanchir. On a réparé le soupirail de la cave. 
Un inventaire est fait du mobilier scolaire : 10 tables, 4 bancs, 4 tableaux noirs, 1 boulier, 1 (carte) Europe , 1 France bonne , 1 autre France neuve, 1 Vienne par Longuemar bonne, 1 France, 1 Europe, 1 mappemonde sur toile, ??? vieilles, 1 mètre de ??? , 1 horloge 
Liste des mobiliers qui manquent : 3 tables, 2 tableaux noirs, un nécessaire métrique, 1 globe géographique, 1 autre matériel de lecture, des lettres mobiles, le plan de la commune, les cartes du canton, de l'arrondissement, une cloche. 
Il n'y a pas de bibliothèque. 
Le curé de Prinçay ne fait pas la classe chez lui. 



Dossier complet et synthèse à venir avec l'ensemble des instituteurs retrouvés et l'évolution de notre école au fil de son inspection académique ! 


Source AD86 Série 1 T 2 79 





7 commentaires:

  1. Houla ! Les dossiers sortent ! J'ai enseigné 10 ans dans la Vienne mais pas à Availles. Ouf !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ces dossiers sont passionnants et très étonnants. Je n'imaginais pas la méfiance qui pouvait exister au 19ème entre instituteurs et parents. on retrouve des pétitions, des délations. Et puis on retrace des parcours exceptionnels d'instituteurs de village. Je reviendrai sur celui de Naintré (un voisin d'Availles), qui force le respect.

      Supprimer
    2. Je me posais la question sur la maîtresse des aiguilles? mme Lefort c'est la femme de l'instituteur. Elle enseignait la couture? le tricot? et Monsieur Lefort était seul comme instituteur avec ce grand nombre d'enfants même si tous n'étaient pas assidus? C'était une école publique même si une instruction religieuse y etait donnée.
      Je suis un peu perdue car dans ma commune des Mauges, je n'ai connu que l'école des filles tenue par des religieuses avec une institutrice civile me semble-t-il. Il y eut aussi plus tard, une école laïque avec une classe unique.Il y avait parfois quelques bagarres de garçons à la sortie des cours, entre les deux écoles :)
      Merci pour ce texte. Bonne journée, on respire aujourd'hui. Des bises. Annick.

      Supprimer
    3. La maitresse des aiguilles est le plus souvent l'épouse du maitre. Sauf si celui-ci est célibataire, ce qui nous donne l'occasion d'une délibération savoureuse du Conseil municipal ! Elle enseignait la couture et sans doute aussi le tricot si j'en crois le superbe cahier trouvé en brocante (il n'est pas d'Availles). Ici c'est une école publique et le maitre est seul. Ce n'est pas encore la laïque, et la religion est encore partout, à l'école dans le budget municipal. Il faudra que je regarde ça de plus près, je ne connais pas bien l'évolution en la matière ! Il y a eu une école tenue par le curé de Prinçay, mais il ne reste aucune archive, si ce n'est des mentions sur les annuaires du XIXème siècle. Comme quoi tout fait source et ressource ! Bises

      Supprimer
    4. Merci pour cette réponse. Bonne journée. Bises
      ps - notre fin de journée sera toulousaine ... je m'en réjouis !!!

      Supprimer
    5. Je réponds avec retard, je suis un peu au four et au moulin ! Profite bien de tes Toulousains ! Plein de bises. Les miens débarquent dans 15 jours !

      Supprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer