mercredi 14 juin 2017

L comme Les Loups d' #Availles86 - #challengeAZ


Loup y-es-tu au village d'Availles ?
Que fais-tu ?
M'entends-tu ?
Ouhhhhhhhhhh ! Je mets mes bottes sur les bords de la Vienne, pour dévorer la p'tite Marie !
Ouhhhhhhhhhh ! Je mets mes lunettes pour échapper au rusé Barreau !
Ouhhhhhhhhhh ! Je mets mon collier pour plaire au bon De Bessé !
Ouhhhhhhhhhh ! Je rôde dans l'archive, tapi dans la mémoire collective. Mon fantôme hante les chemins et les cheminées de la Doubtière.
Ouhhhhhhhhhh ! Je suis prédateur de petites bergères, bouc émissaire des crimes divers, victime, bourreau.
Ouhhhhhhhhhh !  Je suis un masque au théatre de la vie.


A Availles, j'apparais dans l'archive en 1774 à Poitiers, en série C66. Un document époustouflant qui relate nominativement ma destruction  dans toute la Généralité  de 1751 à 1796. Tous les chasseurs y sont, tous mes frères chassés aussi. C'est clair, net, précis. On peut même en tirer quelques conclusions.





A Prinçay, Charles BARREAU, futur maire chasse la bête que je suis. Il ramène ses trophées à Poitiers où il reçoit une indemnité. Sacré Charles ! Pauvre Charles ! Prédateur de loups, qui ne sait pas encore qu'il finira assassiné, comme moi, après avoir été traqué comme une bête, sur le chemin du retour de la foire. Massacré par l'amant de sa femme Jean GRELU... Une vie de chien pour un chasseur de loups.


Quelques années plus tard, en l'an VI, j'attends mon repas, tapi dans les buissons, le long de la Vienne. Marie PICHOT  morte noyée git sur la berge. La nuit tombe, l'officier de santé ne viendra plus. La procédure interdit de déplacer le cadavre, Je le sais, alors alors j'attends en me lêchant les babines. En vain, car l'homme choisit de mettre à l'abri les restes de ma pauvre pitance ! Une vie de misère pour un chagrin de bergère.


Ma plus belle histoire d'amour c'est au château de la Doubtière que je l'ai vécue. L'histoire d'une passion entre un homme et moi. Un homme qui, par amour passa de la chasse à l'élevage. 
Cet homme s'appellait Gontran de Bessé, fils d'Adolphe de Bessé qui acheta en 1875, le relais de chasse qu'était la Doubtière et le transforma en château douillet. 




 Gontran naquit à Availles, le 1er Juin 1880. Il aimait la Doubtière, l'agrémenta, s'y installa, participa à la vie municipale, chassa et croisa mon regard. Une passion dévorante était née, il serait éleveur de loups ! 


Gontran me fit venir de Sibérie, m'installa douillettement à la Doubtière.  Au dessus de la lourde porte, un loup reste gravé dans la pierre témoignant de cette singulière rencontre. Dans la cheminée , voyez comme je trône, empaillé et terrible. Qui balada l'autre au bout d'une laisse sur cette étrange  photos ? Conte de fées à la Doubtière pour les loups solitaires !

Ouhhhhhhhhhh ! Ouhhhhhhhhhh ! D'autres histoires de loups, en connaissez-vous ? En connaissez-vous ?
------------

Avec la lettrine de Marie-France ! 
_____________

Sources : 
Bulletin municipal d'Availles 1999 : La Doubtière par Mme M.de Vries. 
AD 86 Availles-en-Châtellerault NMPD 1778/1882. 
AD86 Série C66
Généanet -  Société des Antiquaires de l'Ouest. 

3 commentaires:

  1. Bravo Gloria, comme d'habitude :-)

    Oui je connais l'histoire du loup qu'on voulait abattre, et qu'il convient de défendre contre le pire de ses prédateurs : http://www.cap-loup.fr/

    RépondreSupprimer
  2. Merci Odile, A lire sur le sujet : Le grand méchant loup de Jean-Marc Moriceau http://www.fayard.fr/histoire-du-mechant-loup-9782213628806

    RépondreSupprimer
  3. ouhhhhhhhhhhh! Quelle horreur ce loup empaillé ! Mais bravo pour l'article ;-)

    RépondreSupprimer