jeudi 8 juin 2017

G comme Gazette Availlaise - #challengeAZ

.
Nous aussi au pays, on eut de belles luttes politiques ! Pépite d'archives !
"Organe de presse" des Amis Républicains d'Availles, la Gazette Availlaise parait d'octobre 1946 à octobre 1947, date du dernier numéro en notre possession.
Le Groupe des Amis Républicains semble s'être formé lors des élections municipales de 1945, qui vit s'affronter à Availles deux listes ! Deux listes... Certes pour le bourgeois de la grande ville, deux listes, c'est petit jeu. Mais pour nous, habitants des petits clochers, deux listes, c'est déjà beaucoup. Souvent au village, les bonnes volontés peinent à s'unir autour d'une seul. Mais, dans une alchimie improbable, il arrive que l'on réussisse à imprimer autour d'un même objectif des courants forts différents. On voit alors Jean-Luc bosser avec Emmanuel (toute ressemblance avec des personnes existant ou ayant existé...)dans la bonne humeur. Imperceptiblement, les contraires cessent de se repousser pour tendre vers... La réussite de l'atelier des mômes.
Mais du temps de la Gazette, l'étape de la fusion était encore loin.
Le Groupe des Amis Républicains d'Availles  trouve son siège socail au bistrot, salle Hilleret à Availles.
La Gazette a quelques belles plumes ( "Le Cartésien", "Junior", "Intérim", "Le Glaneur") et un bon coup de crayon. Les reconnaissez-vous ?
La Gazette Availlaise parle politique, vie agricole, vie sociale, vie quotidienne du village. Le boulanger, les jeunes, les droits des vieux, quelques échos de la grande ville Châtellerault.
Un travail de restauration  et de transcription est en cours pour les 8 numéros qui nous restent.
Voici la transcription du numéro 1 d'octobre 1946 et du numéro spécial et ce challenge s'inscrit dans un esprit participatif, je vous laisse le numéro 2 à déchiffrer, vos transcriptions sont bienvenues !! Au boulot les Availlais !



1946 – Octobre – GAZETTE AVAILLAISE – Numéro 1

Bulletin périodique de l’Association : Les Amis Républicains d’Availles.
Siège social : Salle HILLERET – Availles
PRESENTATION
La Société « Les Amis Républicains d’AVAILLES » a fait son apparition depuis quelque temps déjà. Nous augurons beaucoup d’elle.
Mais qui lui apportera l’impulsion qui lui est nécessaire pour vivre et se développer.
C’est la « GAZETTE AVAILLAISE » dont la création répond par conséquent à un besoin et dont le premier numéro se présente à  vous aujourd’hui.
Que vaudra cette nouvelle feuille ?
Elle vaudra ce que la feront ses fondateurs, puis, le cas échéant, les continuateurs de ceux-ci. D’où la nécessité de guider heureusement ses premiers pas et de favoriser avec vigilance sa croissance.
Quel est son programme ?
Cimenter les liens d’amitié entre les membres de la Société ; instruire ceux-ci des questions d’actualité touchant les intérêtes communaux, travailler au progrès social et à l’accroissement du bien-être matériel et moral de tous. Enfin, elle devra en toutes choses, donner l’exemplede la fidélité aux principes républicains de justice de droit et de liberté. Sa devise sera :
« Convaincre et non contraindre ».
La gazette ne prétend pas pouvoir dès aujourd’hui, réaliser pleinement son idéal, mais elle y tendra de tous efforts. Pour débuter, elle agira au mieux : la raison et le bon sens seront ses guides ; par la suite elle s’inspirera en outre, des leçons de l’expérience.
Dans cet ordre d’idée, elle acceptera sous bénéfice d’inventaire, tous les avis et toutes les suggestions qui pourront lui être proposés. Elle aidera même volontiers à la réalisation de l’union tant pronée entre tous les citoyens d’Availles mais bien entendu sur le pied d’égalité pour tous. Elle demande à ses amis de vouloir bien encourager ses débuts en lui réservant un accueil de sympathie et en la faisant lire à leurs relations afin d’en diffuser le plus possible les idées et de multiplier ainsi son action novatrice. Elle remercie par avance ses parrains de leurs bons offices.
Vive Availles.
Le Cartésien.

Le coin des jeunes.
Vos camarades des villes ont certes des occasions de distractions plus nombreuses que vous. Il vous arrive de les envier, c’est bien compréhensible.
On vous promet souvent dans les discours des plaisirs équivalents, mais le temps est éloigné peut-être encor où vous aurez le cinéma, la bibliothèque, les salles de jeux dans votre village. En attendant, devez-vous rester inactifs ? NON
Il faut trouver dans une camaraderie plus étroite une base solide d’action. Organisez vous-mêmes des groupements amicaux où vous aurez le contrôle, la direction et l’initiative. Vous avez des capacités que vous devez mettre en œuvre. Vous vous procurerez ainsi des ressources qui seront votre bien et dont vous disposerez selon vos désirs.
Acceptez le cas échéant, les conseils ou le concours désintéressés des anciens, mais sachez garder votre indépendance.
Ce ne sont là que des conseils de début, vous-mêmes saurez étendre le champ de votre action. Soyez audacieux, préparez l’avenir, mais ne le craignez pas.
Votre groupement devrait s’amplifier et par la suite être en quelque sorte , l’Amicale des anciens élèves de l’école communale où naissent les franches camaraderies d’enfance.
Junior.

SAVEZ-VOUS QUE
-          1 – Vous avez droit aux pantoufles sans bon mais contre remise du ticket T de la carte des textiles.
-          2 – Vous avez droit à un bon de chaussures, usage ville, par an, dans le mois anniversaire de votre naissance. Donc tous ceux nés dans les mois de JANVIER, FEVRIER, MARS, AVRIL, MAI, JUIN, JUILLET, AOUT, SEPTEMBRE ou OCTOBRE ont actuellement droit à une paire de chaussures USAGE VILLE, à condition naturellement de ne pas en avoir touché cette année. Pour les souliers de travail le système ??? (texte effacé)





VIEUX TRAVAILLEURS,
CONNAISSEZ-VOUS VOS DROITS ?
Un nouveau plan de sécurité sociale est entré en application. Nous reviendrons en détail sur cette question ; ce que nous voulons dans cet article , c’est vous donner les renseignements pratiques immédiatement utilisables.
Quelles conditions faut-il remplir pour avoir droit à l’allocation aux Vieux Travailleurs ?
1-      Etre salarié. Le mot salarié est pris dans son sens le plus large et comprend les travailleurs à domicile. Nous signalons que les métayers sont assimilés aux salariés à condition de prouver qu’ils travaillent seuls ou avec l’aide des membres de leur famille, ou qu’ils n’ont pas payé par an plus de 75 journées de travail, en dehors de la main d’œuvre familiale, ou qu’ayant au moins deux enfants de moins de quatorze ans ils n’ont pas employé en outre un salarié agricole de façon permanente ou non.
2-      Etre de nationalité française, pour les étrangers, il existe un statut spécial.
3-      Avoir des ressources personnelles (y compris le montant de l’allocation) inférieures à 45000F (célibataire) ou 60000F (ménages). Les allocations familiales, les traitements de médaille militaire, et la Légion d’Honneur et la Retraite du Combattant ne comptent pas dans cette évaluation des ressources personnelles.
4-      Etre âgé d’au moins 65 ans ou 60 ans en cas d’incapacité de travail reconnue devant une commission régionale.
5-      Avoir occupé pendant 5 ans au moins après son 50ème anniversaire un emploi salarié avec un salaire annuel minimum fixe.
6-      Avoir été affilié aux assurances sociales. Sur ce point cependant, il y a des dérogations, car il fut une époque où cette affiliation n’était pas obligatoire.
Voyons maintenant les formalités à remplir :
Les vieux travailleurs bénéficiant :
a-      D’une pension de vieillesse ou assurance avec un minimum de garantie
b-      D’une pension d’invalidité transformée en pension de vieillesse à partir de 60 ans
c-      D’une pension de retraite ouvrière et paysanne constituée à titre obligatoire avec allocation viagère de l’Etat.
Sont dispensés de déclarer leurs revenus
Tous les autres requerants doivent faire parvenir une demande au Service Régional des Assurances sociales (pour la Vienne à Archigny – 38 rue François CHENIEUX)
Cette demande est à établir de la façon suivante :
-          Demander une formule modèle 112 aux Caisses Primaires d’Assurances Sociales  ou aux Offices du Travail, etc…
-          Les deux premières pages sont à remplir par l’intéressé ;
-          La troisième page constitue une attestatin du Maire et doit être remplie par celui-ci en présence du demandeur et de deux témoins.
Question paiement de l’allocation. Il s’effectue par mandat postal chaque trimestre à terme échu. La date d’échéance  est déterminée par le mois de naissance  de l’interrogé.
Voici résumés les renseignements pratiques utilisables dès la 2ème  quinzaine de ce mois avec effet rétro actif à dater du 1er septembre 1946.
Nous n’avons pas traité aujourd’hui du plan de sécurité  sociale en général  et de la question  des assurances sociales ; ce sera matière à notre prochaine rubrique : « Ce que vous devez savoir.. ! »
On dit que ….
Les fruits en général et les noix en particulier disparaissent sous les arbres et qu’il arrive aux propriétaires de revenir le panier vide…
On dit aussi que les maraudeurs ne pas toujours étrangers…
Ce ne sont là que des « on dit » mais enfin braves gens : ATTENTION !

 



1946 – Novembre  - GAZETTE AVAILLAISE - Numéro spécial
Bulletin périodique de l’Association : Les Amis Républicains d’Availles.
Siège social : Salle HILLERET – Availles
24 novembre ! Nouvelle journée d’élections !!
Fidèles à nos  principes et à la vie que nous nous sommes tracée et toujours animés de la même ardeur en vue de faire triompher l’idéal républicain, deux de nos amis ont accepté de participer à la formation d’une des listes qui se présentent à vous.
Cette liste n’est pas celle d’un parti unique. Elle comprend des candidats d’opinions différentes, mais vraiment républicains. Ils se sont groupés en la circonstance, pour réunir le maximum de suffrages et ne pas disperser inutilement les forces de tous ceux qui luttent pour défendre la nouvelle constitution.
Tous ont dû effacer momentanément les divergences qui les séparent, pour assurer la victoire républicaine, en faisant échec aux révisionnistes qui, malgré le résultat incontestable du référendum voudraient remettre en cause ce que la volonté nationale a approuvé.
Comme eux, nous vous demandons à votre tour d’oublier un instant, ce qui peut vous éloigner de certains des candidats, pour ne songer qu’à ce qui est notre idéal commun, c’est-à-dire le salut de notre jeune République démocratique laïque et sociale.
Votez donc pour la liste d’union républicaine et résistante.
Vive la République ! Vive la France !
Interim


Page verso
Le peuple de France a approuvé la Constitution. Celle-ci a créé le Conseil de la République qui compose avec l’Assemblée Nationale législative élue par vous le 10 novembre le parlement de la IVème République.
Les vrais Républicains désirant respecter la volonté populaire et voulant éviter le retour d’un Sénat, qui pourrait repousser ou retarder indéfiniment la promulgation des lois, ont obtenus que l’Assemblée nationale ait le dernier mot en matière législative, le Conseil de la République n’ayant le droit que de demander une seconde lecture.
Néanmoins le rôle de cette assemblée est important puisqu’elle doit participer à l’élection du premier Président de la République. Ce dernier devant à son tour désigner le Président du Conseil.
Le Conseil de la République sera élu par les « grands électeurs » le 8 décembre et ces grands électeurs seront ceux que vous allez désigner dimanche à raison de 1 pour 300 électeurs sur le plan cantonal. (c’est ce qu’on appelle le suffrage universel à 2 degrés)
Ne vous abstenez donc pas de voter dimanche, ces élections ont une importance qu’il ne faut pas sous-estimer. Songez que la réaction attend une faiblesse des vrais républicains.
Dans notre canton, ces derniers ce sont groupés sur une liste unique pour faire le barrage. Si vous voulez que vive notre République, tous aux urnes dimanche et votez pour la
Liste d’union républicaine et résistante.

N’oubliez pas que vous devez voter liste entière et que tout bulletin surchargé ou raturé est un bulletin nul. 

------------------------

Numéro 2 







 Bonne lecture et transcription ! 

-------------
Source :
Collecte de documents. 

,



2 commentaires:

  1. Alors là ........ quelles trouvailles. J'aime les "on dit que..." c'est savoureux. Merci pour la transcription, c'est costaud.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Annick ! Il reste du pain sur la planche ! Mais si tout était fait, où serait le plaisir ! Bises

      Supprimer