dimanche 12 mai 2019

Quand la p'tite lucarne est entrée dans les maisons...


Le 6 juin, de 17h à 19 h, le Bistrot Patrimoine propose une rencontre autour du thème suivant : « Quand la p’tite lucarne est entrée dans les maisons ? » Pour animer celle-ci, je vous propose de remplir ce questionnaire.

 

vendredi 5 avril 2019

#BistrotPatrimoine à l'Espace Descartes vendredi 12 avril à 20h30 - Histoire du tramway de Châtellerault à Chauvigny


Soirée spéciale Bistrot Patrimoine à l’Espace Descartes, vendredi 12 avril à 20h30 ! 
Jean-Paul Brajard nous racontera la petite histoire illustrée du tramway entre Châtellerault et Chauvigny. 
Venez découvrir comment l’omnibus  a mis le pont de Cenon sur les rails à partir de 1913. Il y aura des cartes, des plans, des gares, des anecdotes, des accidents et même des chansons. 
La buvette sera dans l’esprit bistrot assurée par notre cabaretière habituelle Marie-Claire Druet. 
Entrée gratuite !

mardi 26 mars 2019

L'agriculture à Availles, #BistrotPatrimoine en ligne. #Availles86


Jeudi 14 mars, au Bistrot Patrimoine d'Availles, ce fut une belle soirée ! 
Nous avons eu le privilège d'accueillir, deux passionnés qui ont fait revivre, avec grand talent, l'agriculture au village.
 Dans une première partie, Jean-Noël Lattwein, agronome, membre actif du CCHA nous a présenté le contexte agricole local avant l'arrivée de la Grande Guerre, les conséquences du conflit sur les exploitations, sur les hommes et les femmes ainsi que  l'évolution de l'activité aux lendemains du conflit. Une étude à la fois scientifique, imagée et vivante qui  nous a permis de retracer l'histoire des availlais, des outils, des paysages. 
Jean-Marie Lépine, ancien agriculteur et auteur availlais a poursuivi l'histoire locale des paysans availlais, rappelant le rôle des vieux murs, semant ici et là quelques anecdotes pour le bonheur de tous, les anciens comme les nouveaux-venus au village.
De gros propriétaires châtelains, la polyculture, les boeufs et les charrues et la guerre qui vient. Les femmes aux champs, comme avant, mais encore plus qu'avant, la réquisition des prisonniers. La guerre accélère la mécanisation mais les premiers tracteurs tardent à venir chez nous. Le cochon, lui, sauve l'après guerre. On s'est souvenu de la vigne et du vin du grand-père. On a retrouvé les gestes des petits producteurs de tabac, ce tabac qui a souvent permis d'acquérir le tracteur. 
 Main verte ou pas, nous sommes tous sortis de cette soirée fort savants et aptes à porter désormais un oeil plus averti aussi bien sur nos modestes potagers que sur les paysages transformés qui nous entourent. 

Retrouvez ci-dessous le travail de nos deux conférenciers.



  • Jean-Marie Lépine raconte : Jean, fils d'instituteur, nait avant la guerre 39/45. Sa vie se passe principalement dans le village des Nauds de la commune d'Availles-en-Châtellerault, dans le Poitou. Sa sœur, Laurence, nait en Russie, pendant que leur père participe à l'aventure Normandie-Niemen. Un échange de correspondances s'installe entre le frère et la sœur. Lorsque Jean n'a plus de nouvelles de sa sœur, il décide de partir à sa recherche...  Vous pouvez trouver cet ouvrage dans les bonnes librairies et même chez Amazon ;) 


jeudi 14 février 2019

ça baigne dans l'huile pour les mariés de la Saint Valentin ! 1703


Le 14 Février 1703, René BACQUET, journalier, fils de défunt Jean BACQUET et Renée COURAULT épouse à Availles, la p'tite Renée FEURGER. Renée ? C'est la fille de l'huilier du village, Charles FEURGER, sa mère est Louise ECHEVARD.

La poursuite du dépouillement des registres, nous dira s'il vécurent heureux et eurent de nombreux enfants...

Et en attendant ce mariage de la Saint Valentin nous apprend que Charles FEURGER fut un des premiers huiliers de la commune d'Availles.

Bonne Saint Valentin à tous !

vendredi 8 février 2019

A vos agendas !


Voici le programme du Bistrot Patrimoine, jusqu'en juin.
Vous pouvez le télécharger, l'imprimer pour l'accrocher sur le frigo, le mettre en fond d'écran de votre smartphone préféré et le partager autant que vous voulez !
Merci au nombreux public (63 selon les autorités, 70 selon les organisateurs ;))
Merci aux fidèles du premier jour, il s'agissait de notre 23ème bistrot ! Merci aux propriétaires des moulins, aux descendants des meuniers, à la team du CCHA, aux membres du Conseil municipal et à Monsieur le Maire qui nous apportent leur soutien.
Et un grand merci à notre invitée d'honneur Madame Henneteau, héritière des meuniers de Gaufran et de Gué-Girard et descendante du plus célèbre d'entre eux : le sieur ARNAULT Gabriel dit "Bras-de-fer" !!! Madame Henneteau est repartie avec son arbre généalogique et le travail que nous avons mené autour de ses ancêtres meuniers.
Merci pour vos interventions, votre envie de partage, votre bonne humeur, et votre humour.
JPB nous prépare une version annotée du powerpoint que nous mettrons rapidement en ligne. Vous pourrez y accéder sur le blog et sur le site de la mairie.
Rendez-vous le 14 mars pour parler agriculture avec la participation de Jean-Noël Lattwein du CCHA et Jean-Marie Lépine agriculteur availlais.

samedi 15 décembre 2018

Mariage VAUDELEAU x LAROCHE (1924) - #identification #Availles86


Au sujet du mariage de VAUDELEAU Emile et LAROCHE Andrée, célébré à Availles le 17 novembre 1924, voici l'appel de Jacques, aux racines availlaises, voisin d'Indre-et-Loire, fidèle du Bistrot Patrimoine :

"Sur la photo jointe, j'ai entouré en rouge une femme dont ma mère avait dit qu'elle s'appelait SENECHAULT (pas de prénom); elle pose les mains sur les épaules de mon grand-oncle, LAROCHE Georges Edouard... Mais qui est-ce?"


vendredi 30 novembre 2018

Z - Zéro. #ChallengeAZ #Availles86


L'artisanat des Poilus nous laisse de nombreux porte-plumes, émouvant objet d'écriture, messager du désespoir, tenu si souvent par une main tremblante. Les mots de cet ancêtre sont-ils les siens ? A-t-il su tenir sa plume, a-t-il su trouver les mots ? La réponse tient en un chiffre. 

En effet, le degré d'instruction générale est inscrit sur le registre matricule du soldat.
0 : ne sait ni lire ni écrire
1 : sait lire seulement
2 : sait lire et écrire
3 : possède une instruction primaire plus développée
4 : a obtenu le brevet de l'enseignement primaire
5 : bachelier, licencié, etc. (avec indication de diplôme)
X : dont on n'a pas pu vérifier l'instruction.



Les availlais partirent 180.
 Combien ne savaient ni lire ni écrire ?
Réponse : 6.
Soit 3, 33%.
Bravo les gars, chapeau l'école publique.