vendredi 30 novembre 2018

Z - Zéro. #ChallengeAZ #Availles86


L'artisanat des Poilus nous laisse de nombreux porte-plumes, émouvant objet d'écriture, messager du désespoir, tenu si souvent par une main tremblante. Les mots de cet ancêtre sont-ils les siens ? A-t-il su tenir sa plume, a-t-il su trouver les mots ? La réponse tient en un chiffre. 

En effet, le degré d'instruction générale est inscrit sur le registre matricule du soldat.
0 : ne sait ni lire ni écrire
1 : sait lire seulement
2 : sait lire et écrire
3 : possède une instruction primaire plus développée
4 : a obtenu le brevet de l'enseignement primaire
5 : bachelier, licencié, etc. (avec indication de diplôme)
X : dont on n'a pas pu vérifier l'instruction.



Les availlais partirent 180.
 Combien ne savaient ni lire ni écrire ?
Réponse : 6.
Soit 3, 33%.
Bravo les gars, chapeau l'école publique. 

jeudi 29 novembre 2018

Y - Ypérite #challengeAZ #Availles86


Souvent fruit du hasard, la découverte d'un traitement médical est quelquefois un vrai conte de sorcière !
Le Cyclophosphamide est un des premiers médicaments de chimiothérapie anticancéreuse. 
Il s'agit d'un dérivé du gaz moutarde ou gaz Ypérite, utilisé pendant les combats de la Grande Guerre.
Le crabe est une affaire de combattant, comme ils disent.
C’est sur, diront certains.
Enfin, peut-être par certains côtés, penseront d'autres.
Pas du tout, tairont la plupart.
On pourrait en discuter, n'est-ce-pas, de ce vocabulaire guerrier autour de la maladie.
Mais ce n'est pas le sujet.

 Quand même,
 D'où a bien pu venir l'idée de fabriquer un médicament à partir d'un tel poison ?

Figurez-vous que l'idée vient de la Guerre suivante…
On avait bien massacré pendant la Première Guerre Mondiale, la seconde a fait très fort aussi, mais autrement et sans le gaz moutarde.
L'utilisation des gaz de combat fut interdite en 1925, lors du protocole de Genève.
Cependant, le Général Eisenhower, qui était du genre méfiant, craignait en 1943, que les allemands n’utilisent à nouveau cette arme chimique dont la fabrication n'était pas interdite.
Du coup,  et c’était d’bonne guerre,
les américains en avaient stocké un petit échantillon sur un bateau Le John Harvey à Bari en Italie.
Au cas où…


Et voilà que les Allemands se mettent à bombarder le port, font sauter le bateau et par la même occasion nos soldats américains se trouvent contaminés... au gaz moutarde !!



A l’époque l’armée était encore une grande muette.
On enterra les morts, on hospitalisa les soldats blessés, on constata d’importantes infections, des hémorragies, et
une diminution très importante de leurs globules blancs ... 
???

Bien sur le rapport resta secret mais l’idée de recycler l'Ypérite dans le traitement des lymphomes était là.

En 1947 Alpert et Peterson publièrent les premiers résultats de réduction des masses tumorales de maladie de Hodgkin avec chimiothérapie au cyclophosphamide.
 Etude confirmée en 1949 sur 50 patients.
Les premières rémissions sont là !

Contre le crabe, le choix des armes.

-----------
J'ai publié cet article sur le blog Lulu Sorcière en 2009. J'avais raconté cette histoire en 2005, à une fan d'Harry Potter tout juste âgée de 12 ans. 
Allez savoir pourquoi, elle est toujours fan d'Harry Potter mais déteste la moutarde. 









mercredi 28 novembre 2018

X - Soldats inconnus d'#Availles86 #ChallengeAZ


A ce jour, je dénombre 180 Poilus en lien avec notre commune. Les sept derniers ont été ajoutés au cours de ce challenge. Nés à Availles, mariés à une availlaise, domestique d'un availlais, mentionnés sur le recensement de 1911. Deux photos sont venues mettre un visage sur un nom au cours de l'exposition qui leur fut consacrée. Quelques anecdotes ont été recueillies.
A la première publication en 2014, je comptais 138 Poilus. Il y en a désormais 42 de plus.
Garder un oeil sur le sujet, au delà du centenaire.
Merci à tous, merci pour eux !

mardi 27 novembre 2018

W - Woman in War. #ChallengeAZ #Availles86


Elisa Comte épouse VENAULT est la troisième femme en haut en partant de la gauche. Nous devons au travail du CCHA le tableau ci dessous mentionnant toutes les Availlaises employées à la Manu durant la Grande Guerre.





lundi 26 novembre 2018

V Hommage aux #PoilusdAvaillesAZ - #ChallengeAZ - #Availles86


A l'occasion du ChallengeAZ des Availlais,  retrouvez chaque jour les Poilus d'Availles de A à Z. Il s'agit des transcriptions de fiches matricules des soldats liés à Availles, ayant participé à la Grande Guerre. Si vous souhaitez partager des photos ou des documents, n'hésitez pas à nous contacter. 

Merci aux Availlais qui en partageant leurs archives ont permis cet hommage. 
Merci à l'équipe (Monique, Thérèse, Marie-Noëlle, Mado, Michel et Lulu) qui a mené ce long travail de transcription. 

------------------

VENAULT Alexandre – Classe 1900 – Matricule 943



Né le 5 Février 1880 à Châtellerault (86), Fils de Joseph et de SEGUE Françoise résidants à Availles.Domestique, taille 1,67m, degré d’instruction 3. Domicilié à Senillé. Epoux de COMTE Elisa née à Availles-en-Châtellerault. Père de deux enfants adoptés par la Nation le 25 juin 1918 : Alexandre né le 8 novembre 1908 à Châtellerault ; Denise née le 23 juillet 1912 à Châtellerault
Parcours militaire :  Soldat 2ème Classe. 32ème RI, Mort Pour la France à l’âge de 35 ans,  le 2 janvier 1915 à Hooge (Belgique) - Tué à l'ennemi. Acte de décès dressé par Emile LUCAS, sous-lieutenant au 32ème RI, officier d'état civil sur la déclaration de Maurice MOTTE, agé de 28 ans, sous-lieutenant au 32ème RI et de Roger LERPINIERE, âgé de 25 ans, sergent major au 32ème RI. Acte de décès transcrit le 6 Mars 1916 à Availles-en-Châtellerault. 
Monument aux Morts : Availles-en-Châtellerault. Livre d’or Availles.


VERGIER Henri Auguste – Classe 1911 – Matricule 451



Né le 11 juin 1891 à Availles, fils d’Albert et de feue MIGNON Marie Félicie
Taille 1,68m, cheveux blonds, yeux bleus, front vertical, nez sinueux
Degré d’instruction  3
Profession : Maréchal ferrant - Forgeron
Marié à GRANGER Louise Georgette le 3 février 1920
Décédé le 19 septembre 1974 à St Etienne
Lieux de résidence : Troo, Ambloy
Recensement 1911 Availles  non mentionné

Parcours militaire : Incorporé à  partir du 1/10/1912 comme sapeur conducteur au 2ème RG. Passé dans la réserve active le 01/10/1914. Passé au 11ème, 1er, 21ème, 6ème et 3ème Régiment du Génie. Placé en sursis jusqu’au 25.7.18 comme maréchal dans le Loir et Cher. Démobilisé en 1919 par le 45ème RA. Réformé définitif N°2 par le CR de Bourges en 1939 pour troubles neuro-psychasthéniques avec névrose d’angoisse. Céphalées persistantes. Fixité du regard. Pleurs. Parfois idées délirantes.
Blessures : Blessé le 18 aout 1918 au genou gauche en construisant un pont sur l’Oise près de Compiègne. Est tombé.
Campagnes : contre l’Allemagne, en Algérie, à l’intérieur.


VERGNAUD Pierre Classe 1898, matricule 1559, bureau de Poitiers


Né le 30 Aout 1878 à Availles-en-Châtellerault, fils de Pierre et FLEURANT Marie
Taille 1,66m
Niveau d'instruction 3
Profession Cultivateur,
Recensement 1911 Availles : non mentionné.
 Parcours militaire : Mort Pour la France, à l’âge de 38 ans,  le 15 Juillet 1916 à Salonique (Grèce) - Maladie contractée aux armées. 
Acte de décès transcrit à Availles-en-Châtellerault, le 10 Octobre 1916
Monument aux Morts ?
Livre d'Or : Inscrit à Availles-en-Châtellerault. 

VILLOME Ernest Classe 1895 Matricule 464


le 10/01/1875 à Availles à la Baraudière, fils de Jean et de DECOURT Marie.
Taille 1,64 m, cheveux et sourcils bruns, yeux bleus, front ordinaire, nez moyen, bouche moyenne, menton rond, visage ovale.
Degré d’instruction : 3
Profession : garçon de café
Marié avec Marie-Louise JOYEUX le 17 mars 1906 à Paris. Marié à Marie-Joséphine MILLET le 8 juillet 1909 à Paris. Enfants ?
Recensement 1911 Availles : non mentionné.
Lieux de résidence : Availles, Paris, Roanne, Châteauroux.

Parcours militaire : Condamné le 09/03/1901 par le Tribunal commune de la Seine à 50 F d’amende pour délit de chasse. Réhabilité  de droit. Classé service armé par décision de la commission spéciale de réforme de la Seine le  21/02/1915 et affecté comme tel au 69ème R.I. Arrivé au corps le 10/03/1915. Passé au 77ème R.I le 27/08/1915. Passé au 158ème R.I le 25/09/1915. Passé au 144ème R.I le 28/06/1916. Passé au 2ème groupe d’aérostation le 15/02/1918. Envoyé en congé illimité de démobilisation le 14/02/1919 à Paris. Campagnes : contre l’Allemagne aux armées du 10/03/1915 au 14/02/1919.

VILLOME Pierre Valentin Classe 1890 Matricule 804


le 23/03/70 à Availles fils de Jean et DECOURT Marie.
Taille 1,66m, cheveux et sourcils bruns, yeux bleus, front ordinaire, nez moyen, bouche moyenne  menton rond, visage ovale.
Degré d’instruction : 3
Profession : cultivateur
Marié à Marie-Louise BLANCHARD le 23 novembre 1901 à Vicq-sur-Gartempe.
Enfants retrouvés : Louis Joseph Valentin né en 1903 à Vicq-sur-Gartempe, décédé en 1909.
Recensement 1911 Availles : non mentionné.
Décédé le 27 janvier 1959 à Vicq-sur-Gartempe.
Lieux de résidence : Monthoiron, Vicq s/Gartempe.

Parcours militaire : Réformé N°2 par la commission spéciale de Châtellerault le 08/02/92. (Pleurésie chronique tuberculeuse du côté gauche) avant son incorporation. Classé dans le service armé le 05/12/14. Affecté au 69ème R.I arrivé au corps le 31/03/15. Passé au 268ème R.I le 23/05/15. Passé au 33ème R.I le 06/06/16. Passé au 42ème R.I le 11/01/17. Détaché pour travaux agricoles à Vicq s/Gartempe catégorie A du 24/07/17. Passé au 109ème R.A lourde le 10/11/17. Campagnes : contre l’Allemagne du 31/03/15 au 23/07/17.



vendredi 23 novembre 2018

T hommage aux #PoilusdAvaillesAZ - #ChallengeAZ - #Availles86

A l'occasion du ChallengeAZ des Availlais,  retrouvez chaque jour les Poilus d'Availles de A à Z. Il s'agit des transcriptions de fiches matricules des soldats liés à Availles, ayant participé à la Grande Guerre. Si vous souhaitez partager des photos ou des documents, n'hésitez pas à nous contacter. 

Merci aux Availlais qui en partageant leurs archives ont permis cet hommage. 
Merci à l'équipe (Monique, Thérèse, Marie-Noëlle, Mado, Michel et Lulu) qui a mené ce long travail de transcription. 

------------------

TARTARIN René Charles - Classe 1918 - Matricule 790


le 28/11/1898 à  Availles, fils d’Emile Ernest et BABIN Angeline.
Profession : Charcutier, cuisinier, domicilié à Paris.
Taille 1,73m, cheveux noirs, yeux châtains, front moyen, nez rectiligne, visage long. 
Degré d’instruction 3
Décédé à Tours le 28 juin 1962.
Localités habitées : Availles, Ajaccio, Nice.
Recensement 1911 Availles  non mentionné

Parcours militaire : Incorporé au 90ème RAL le 19/04/1917. Passé au 88ème RAL le 10/11/1917. Passé au 283ème RAL le 20/07/1918. Blessé par éclat d’obus le 2/09/1918 et évacué sur la zone de l’intérieur. Rejoint les armées le 28/10/1918. Affecté au 83ème RAL le 15. Nommé brigadier le 22/09/1919. Nommé maréchal des Logis le 29/05/1920, renvoyé dans ses foyers et rayé des contrôles. Certificat de bonne conduite accordé.
Passé dans la réserve de l’armée active le 15/06/1920. Remis 2ème classe par décision du 16/04/ 1928. Rappelé à l’activité le 29/08/1939 au 64ème RAA stationné au Maroc le 29/08/1939. Nommé brigadier le 30/03/1940, puis brigadier-chef en juin. Dirigé vers le dépôt du 64ème RAA de Constantine  en vue de démobilisation le 24/07/1940. Démobilisé et rayé des contrôles le 25/07/1940.
Citations : Cité à l’ordre du Régiment du 02/09/1918. « Soldat modèle sous tous les rapports, s’est maintes fois fait remarquer par sa belle conduite au feu. Blessé par éclat d’obus le 2 septembre 1918, à Noyou, au moment où il assurait le service de sa pièce malgré le bombardement de l’artillerie ennemie. »
Décorations : Croix de Guerre étoile de bronze.


THIBAULT Adrien Edmond - Classe 1894 - Matricule 992


Né le 28/08/1874 à Availles fils de feu Charles et de OUVRARD Marie.
Taille 1,55m, cheveux et sourcils noirs, yeux roux, front ordinaire, menton rond, visage ovale.
Degré d’instruction : 3
Profession : armurier
Recensement 1911 Availles : mentionné (Les Savignées).
Lieux de résidence : Châtellerault, Availles.

Parcours : Incorporé au 32ème de ligne comme appelé à compter du 12/09/1895, arrivé au corps le dit jour n° mle 5509. Envoyé en congé le 22/09/1896 en attendant son passage dans la réserve de l’armée active. Certificat de bonne conduite « accordé ». A accompli une 1ère période d’exercices dans le 32ème R.I du 26/08 au 22/09/1901. A accompli une 2ème période d’exercices dans dispensé 6% en 1904. Passé dans l’armée territoriale le 01/10/1908. A accompli une période d’exercices dans le 69ème R.I du 04 au 12/04/1911. Passé dans la réserve de l’armée territoriale le 01/10/1915. Libéré du service militaire le 01/10/1922.

THIBAULT Charles Edouard - Classe 1899 - Matricule 899


Né le 28/07/1879 à Availles  fils de feu Jean, Charles et OUVRARD Marie-Louise.
Taille 1,67m, cheveux et sourcils bruns, yeux châtains, front ordinaire, nez long, bouche moyenne, menton rond, visage ovale.
Degré d’instruction : 3
Profession : maréchal ferrant
Recensement 1911 Availles : non mentionné.
Lieux de résidence : Senillé, Montoiron, Châtellerault.

Parcours : Incorporé au 33ème R.A appelé à compter du 15/11/1900. Arrivé au corps le dit jour n°1587. Envoyé en congé le 19/09/1903 en attendant son passage dans la réserve. Certificat de bonne conduite « accordé ». A accompli une 1ère période dans le 33ème R.A du 06/08 au 02/09/1906. A accompli une 2ème période d’exercices dans le 33ème R.A du 24/09 au 10/10/1909. Passé dans l’armée territoriale le 01/10/1913. Rappelé à l’activité par décret de mobilisation du01/08/1014. Dirigé sur le groupe du 49ème R.A. Arrivé au corps le 03/08/1914. Interruption  des services du 21/09/1916 au 05/09/1916. Passé à la section de discipline de la 59ème division d’Infanterie le 06/09/1916. Section de discipline du 325ème R.I le 08/09/1916. Interruption des services du 1812/1916 au 15/01/1917. Passé au 33ème R.A le 20/01/1917. Passé au 220ème R.A le 01/04/1917. Interruption des services du 05/05/1917 au 14/02/1919. Attaché à la cl.1902 (circulaire Ministérielle n°14152, du 10/07/1919. Affecté au 21ème R.A par décision du Général commandant la division d’Alger du 12/11/1919. Dirigé sur son corps et affecté le 16/11/1919. Envoyé en congé illimité de démobilisation le 25/11/1919 à destination  d’Availles par le 20ème R.A.
Campagnes : contre l’Allemagne aux armées du 03/08/1914 au 20/08/1916 du 05/08/1916 au 17/12/1916 du 16/01/1917 au 04/05/1917.




THOMAS Marcel Théodore - Classe 1917 -  Matricule 995

                   
Né le 10/06/1897 à Availles, fils de d’Alexandre Eugène et de RIMBERT Marie Louise Rachelle domiciliés à Monthoiron.
Taille  1,71m, cheveux châtains, yeux gris, front moyen, nez rectiligne, visage ovale.
Degré d’instruction 3
Profession  négociant en grains, domicilié à Monthoiron.
Marié à Lucienne Georgette BRIA, le 11 octobre 1924 à Condé sur Suippe.
Décédé à Marle et Bethaine le 17 juillet 1972.
Localités habitées : Coussay-les-Bois, Availles, Guignecourt, Tagnon, Marle.

Parcours militaire : Engagé volontaire pour 4 ans le 29/12/1915 à la mairie de Châtellerault pour le 45ème RA, 2ème canonnier conducteur. Passé au 214ème RA le 01/10/1917. Passé au 176ème RA de tranchée le 01/04/1918. Passé au 159ème RA à pied le 06/08/1919. Evacué pour maladie le 30/10/1919.  Passé dans la réserve de l’armée active le 29/12/1919. Envoyé en congé illimité de démobilisation à Availles le 30/12/1919 par le 20ème RA. Maintenu service armé invalidité inférieure à 10% le 13/04/1920 pour reliquat d’intoxication par gaz. Certificat de bonne conduite « accordé ».
Citations, blessures : Intoxiqué par gaz à Sapigneul (Aisne) le 15/04/1917. Eclat d’obus à la tête, au bras et genou gauche.
Cité à l’ordre du Régiment n°8 du 15/04/1917. « Excellent canonnier, a toujours fait preuve de courage et de dévouement, s’est particulièrement distingué sous un violent bombardement le 04/04/1917. »
Décorations : Croix de guerre - Etoile de bronze.



THOMAS Raoul Roger Robert Eugène - Classe 1913 - Matricule 515

Né le 24 Janvier 1893 à Availles-en-Châtellerault, fils d’Alexandre Eugène et de RIMBERT Marie-Louise Rachel.
Taille 1,75m, cheveux châtain, yeux gris, front moyen, nez rectiligne, visage rond
Degré d’instruction 3
Recensement 1911 Availles  mentionné les Nauds
Lieux de résidence Monthoiron

Parcours militaire : Engagé volontaire pour 3 ans le 31/10/1913 à la mairie de Châtellerault pour le 45ème RA, arrivé au corps le 01/04/1913 canonnier 2ème classe. Passé au 46ème RI le 16/04/1915. Passé au 31ème RI le 1er juillet 1915. Caporal le 04/09/1915. Passé au 91ème RI le 01/12/1915. Passé dans la réserve de l’armée active le 31/03/1916. Passé au 31ème RI le 10/04/1916. Tué à l’ennemi le 16/04/1917 au Bois des Buttes (Aisne).
Mort Pour la France, à l’âge de 24 ans,  le 16 avril 1917 au Bois des Buttes (Aisne) - Tué à l'ennemi
Blessures : Blessé le 07/09/1914.
Cité à l’ordre de la brigade n°27 du 03/10/1916.
Campagnes contre l’Allemagne. Aux armées du 02/08/1914 au 07/09/1914. Intérieur CD B de G du 08/09/1914 au 15/04/1915. Aux armées du 16/04/1915 au 16/04/1917
Acte de décès transcrit à Monthoiron le 30 Juillet 1917. 
Monument aux Morts : Inscrit à Availles-en-Châtellerault. 



THOMAS Maxime Hyacinthe François Rachel - Classe 1914 - Matricule 703


le 15/08/1894 à Availles, fils d’Alexandre et de RIMBERT Marie Louise.
Taille 1,75m, cheveux noirs, yeux châtains verdâtre, front vertical, nez rectiligne, visage étroit.
Degré d’instruction  3
Profession : agriculteur.
Marié à Germaine Gabrielle DOUSSINEAU le 8 novembre 1919 à Senillé.
 3 enfants : Blanche Franceline en 1921, Reine Marcelle 1923, Gérard Raoul en 1926.
Lieux de résidence : Monthoiron, Availles.

Parcours militaire : Incorporé à compter du 05/09/1914,  2ème Canonnier conducteur. Brigadier le 08/01/1915. Passé au 220ème R.A  le 01/04/1917. Passé dans la réserve de l’armée active le 01/09/1917. Maréchal des logis le 24/08/1918. Placé en sursis jusqu’au au 30/06/1919 comme cultivateur à Monthoiron. Direction du Général commandant la  9ème Région du 03/06/1919. Envoyé en congé illimité de démobilisation à Monthoiron le 25/08/1919 par le 2ème R.A (aîné de 3 frères mobilisés) (8ème échelon n°1341) (N° 17318). Certificat de bonne conduite « accordé ». Affecté à la classe de mobilisation de 1912 le 20/10/1923 père d’1 enfant. Passé dans la position sans affectation le 10/05/1930. Placé dans la position de « sans affectation » le 15/04/1934. Affecté au centre de R.A le 15/04/1935. Classé dans la classe de mobilisation de 1908 le 09/03/1936, étant père de 3 enfants vivants. Passé au 91ème R.Régional 9ème Cie le 15/01/1938. Renvoyé dans ses foyers le 31/10/1939 et placé « sans affectation ».

TOUSSAINT Marcel Adrien -  Classe 1913 - Matricule 517


le 14 mai 1893, à Availles, fils de feu Vincent et de DABIN Adrienne domiciliés à Availles. Résidant à Availles, cultivateur.
Taille 1,60 m, cheveux noirs, yeux châtains, front fuyant, nez gros, visage plein.
Degré d’instruction 3.
Profession :
Marié à Marie Emilienne SUIRE le 30 décembre 1918 à Availles
Lieux de résidence : Availles
Recensement 1911 Availles  mentionné à la Reliandrie

Parcours militaire : Incorporé à compter du 17/12/1914. Classé service auxiliaire par la Commission spéciale de réforme de Vannes du 1er novembre 1918 pour cicatrice adhérente  pied gauche. Mis à la disposition des chemins de fer de l’Etat le 17 février 1919. Classé affecté spécial Section des Chemins de fer de Campagne subdivision complémentaires comme homme d’équipe à Lencloître à la Cie de Chemins d’Orléans. Avis du Régiment Central du 8 aout 1919 n°40 au contrôle S3. Proposé pour pension temporaire invalidité 10% par la Commission de réforme de Poitiers du 11 novembre 1919, pour « au pied gauche : séquelle de blessure par balle de mitrailleuse avec fracture du 2ème métatarsien consolidée avec déformation de l’axe de l’os. Raideur accusée des cinq orteils « maintenu service auxiliaire et pension temporaire invalidité de 10% par la Commission de Réforme de  Poitiers du 8 novembre 1921 pour Fracture du 2ème métatarsien gauche, orteils peu mobiles cicatrice dorsale. 7ème. Proposé pour pension permanente invalidité de 10% pour raideur des orteils gauche  par la Commission de réforme de Poitiers du 4 avril 1923. Maintenu service auxiliaire par la Commission de réforme de Poitiers du 15/07/1926. Fracture du métatarse gauche affecté spécial comme wagonnier à Loudun Cie des chemins de fer de l’Etat. Affecté spécial paru d’office au Bureau Central de Renouvellement de la Seine le 09/03/1926. Maintenu en service auxiliaire par la Commission de réforme de Tours du 19/03/1940, pensionné à 10% pour gêne fonctionnelle membre inférieur gauche.
Citation à l’ordre de la Brigade le 21 avril 1918 « agent de liaison modèle de sang-froid et de courage. Pendant les combats a assuré d’une façon parfaite la liaison entre la section et le Cdt de Cie, bravant les rafales qui balayaient continuellement le terrain. » et le 31 juillet 1918
Croix de guerre trois étoiles de bronze
Chevalier de la Légion d’Honneur.


TOUZALIN Maurice Ernest Classe 1914 Matricule 704


Né le 14/12/1894 à Availles fils de Louis Ernest et de TOUZALIN Joséphine Angèle.
Taille 1,73m, cheveux châtains, yeux marron foncé, front vertical, nez rectiligne, visage long.
Degré d’instruction  3
Profession : jardinier.
Marié avec Marie Alice REDON, deux enfants dont Marie-Thérèse en 1922
Décédé le 15 décembre 1953 au Blanc.
Recensement 1911 Availles  mentionné à Remouet
Lieux de résidence : Availles, Ligugé, Azay-le-Rideau, Loches, Genillé.

Parcours : Incorporé à compter du 05/09/1914, soldat de 2ème classe. Passé au 18ème R.I le 08/10/1914. Passé au 62ème R.I le 08/05/1916. Passé dans la réserve de l’armée active le 01/09/1917. Fait prisonnier le 27/05/1918 au chemin des Dames. Interné à Neuhammur rapatrié le 19/01/1919. Passé au 32ème R.I le 21/02/1919. Envoyé en congé illimité de démobilisation à Availles le 07/09/1919 par le 32ème R.I. Certificat de bonne conduite « accordé ».  Affecté à la classe de mobilisation de 1912 le 20/10/1923 (art.58) père de 1 enfant. Affecté à la classe de mobilisation de 1910 le 31/05/1924 (art.58) 2ème enfant. Affecté à la Poudrerie Nationale du Ripault le 10/01/1936. Passé en domicile subdivision de Tours, le 7 aout 1936. Réformé définitivement par la commission de réforme de Tours du 10/11/1939 pour fracture ancienne base du crâne, hémiplégie gauche. Réintégré à sa subdivision d’origine le 25/05/1940.
Campagnes : contre l’Allemagne du 06/09/1914 au 07/09/1919 à l’intérieur du 06/09/1914 au 28/01/1915, aux armées du 29/01/1915 au 26/05/1918, en captivité du 27/05/1918 au 18/06/1919, à l’intérieur du 15/06/1919 au 07/09/1919.
Blessures : Evacué malade le 26/06/1915 


TOUZALIN Louis Ernest - Classe  1889 – Matricule 814


Né le 11 janvier 1869 à Vouneuil, fils de François et d’Augustine BRUNEAU.
Taille 1,73m, cheveux et sourcils châtains, yeux gris, front ordinaire, nez moyen, bouche moyenne, menton rond, visage ovale.
Degré d’instruction : 3
Professions : Cultivateur
Marié avec Joséphine Angèle TOUZALIN le 22 janvier 1894  à Availles.
Trois enfants retrouvés : Maurice 1894, Marcel 1903, Renée 1906.
Décédé le : 30 juin 1946 à Availles.
Recensement 1911 Availles : mentionné (Remouët).
Domiciles : Vouneuil, Availles.

Parcours militaire : Incorporé à compter du 1er Aout 1914, 69eRI, 9e ET, 109e RAL. Grade de  Clairon. Certificat de bonne conduite accordé. Réformé temporairement en 1901 pour pleurésie droite. Déclaré bon pour le service en 1906. Rappelé à l’activité le 01/08/1914 au 69e RI. Passé au 9e Escadron du Train. Détaché pour travaux agricoles le 1er mars 1917 à Availles. Passé au 109e RAL en 1917. Libéré du service militaire le 1er décembre 1918.  




TRANCHANT Louis Joseph - Classe 1893 - Matricule 471


Né le 23/08/1873 à Availles fils de Louis et de feu CONGOURDEAU Marie.
Taille 1,61m, cheveux et sourcils bruns, yeux bleus, front ordinaire, nez moyen, bouche moyenne, menton rond, visage ovale.
Degré d’instruction : 3
Marié à FAVRE Alexandrine
Au moins un enfant Marguerite Alexandrine née en 1911. 
Profession : cultivateur
Recensement 1911 Availles : mentionné à Ternay
Lieux de résidence : Availles.

Parcours : Incorporé au 2 batillons de chasseurs comme appelé à compter du 17/11/1894 arrivé au corps le 17 du dit chasseur de 1er classe le 23/09/1896. Envoyé en congé le 20/09/1897 en attendant son passage dans la réserve de l’armée active. Certificat de bonne conduite « accordé ». A accompli une 1ère période d’exercices dans le 2ème de chasseur à pied du 27/08 au 23/11/1900. A accompli une 2ème période d’exercices dans le 32ème R.I du 09/05 au 04/06/1904. Passé dans l’armée territoriale le 01/10/1907. Rappelé à l’activité par décret de mobilisation du 01/08/1914. Dirigé sur le 69ème R.I. Arrivé au corps le 06/08/1914. Passé au 76ème R.I le 18/11/1918. Envoyé en congé illimité de démobilisation le 06/01/1919 à Availles par le 32ème R.I 1er échelon n°240. Père de trois enfants.
Campagnes : contre l’Allemagne du 06/08/1914 au 06/01/1919.




TRANCHANT Eugène - Classe 1892 – Matricule 513




Né le 22 juin 1872 à Naintré, fils de Louis et de MARTIN Jeanne
Taille 1,64m
Degré d’instruction 3
Profession : Cultivateur
Marié le 6 juillet 1901 avec TRANCHANT Marie Clémence
Recensement 1911 Availles : mentionné (Tour d’Oyré)
Marié à Availles le 6 juillet 1901 avec Marie Clémence TRANCHANT, 3 enfants
Domiciles : Vouneuil, Availles, Cenon

Parcours militaire : Rappelé à l’activité le 1er aout 1914, 69eRI, 32eRI, 19eRI.

TREUILLE Maurice Alphonse François  Joseph - Classe 1901 - Matricule 169


Né le 25 septembre 1881 à Availles fils d’Adrien et DELAFOURCHARDIERE Delphine
Taille 1,63m, Degré d’instruction 5
Profession élève à l’école des hautes études commerciales.
Recensement 1911 Availles : Mentionné à la Tour d’Oyré.
Lieux de résidence : Châtellerault, Paris.

Parcours militaire
Grades : 32ème Régiment d’Artillerie, Caporal.
Engagé volontaire pour 3 ans le 29 octobre 1901 à la mairie de Châtellerault pour le 32 régiment d’Infanterie avec faculté d’envoi en congé après un an de service par application de la loi du 11 juillet 1892 (élève à l’école des hautes études commerciales). Arrivé au corps le 29 octobre 1901 n°2600, envoyé en congé le 2O septembre 1902 en attendant son passage dans la réserve certificat de bonne conduite « accordé ».
Nommé caporal de réserve le 20 septembre 1902, nommé Sergent de réserve le 29 mars 1903. Dispensé définitivement (art.28) ayant obtenu le 12 juillet 1907, le diplôme supérieur de l’école des hautes études commerciales. Rappelé à L’action par décret du 7 août 1914. Dirigé sur le 32ème Régiment d’Infanterie. Arrivé au corps le 4 août 1914. A accompli une période d’instruction dans le 32ème Régiment d’Infanterie du 22 août 1904. A accompli une 1ère période d’exercices dans le 32ème Régiment d’Infanterie du 20 juin au 29 juin 1906 (commerçant d’automobile). A accompli une 2ème période d’exercices dans le 32ème Régiment d’Infanterie du 17 mai au 2 juin 1910. Passé dans l’armée territoriale le 1er octobre 1914. Passé au 13ème régiment d’Artillerie (service d’automobile) le 8 mai 1915. Passé au 20ème escadron du train le 1er juin 1916, comme sous-lieutenant à titre temporaire  au 3ème escadron du train le 3 novembre 1916. Passé en  20ème escadron  du train le 16 avril 1917 promu lieutenant à titre définitif ?  Du 3 novembre 1918. Envoyé en congé illimité de démobilisation le 17 février  1919 à Paris par le 19ème escadron du train (père de 2 enfants) se retire à Paris. Maintenu dans les cadres sur la demande le 29 octobre 1919. Démissionnaire rayé des cadres pour raison de santé.
  

TREUILLE Marcel Emilien Gabriel classe 1903 Matricule 551


Né le 25/09/1883 à Availles fils d’Adrien et de DELAFOUCHARDIERE Jeanne.
Taille 1,69m, cheveux et sourcils bruns, yeux bruns, front ordinaire, nez moyen, bouche moyenne, menton rond, visage ovale.
Degrés d’instruction 5
Lieux de résidence : Availles, voyage en Australie, Châtellerault, Le Blanc, Caen.
Recensement 1911 Availles non mentionné
Marié père de 5 enfants au moins.
Profession : élève à l’école des hautes études commerciales.

Parcours militaire : Engagé volontaire 32ème RI en 1903
Blessé le 6 septembre 1914 par balle à l’épaule droite. Blessé le 29 mai 1916 suite à éboulement de tranchée.
Passé au 129ème RI en 1917





jeudi 22 novembre 2018

S - Hommage aux #PoilusdAvaillesAZ - #ChallengeAZ - #Availles86

A l'occasion du ChallengeAZ des Availlais,  retrouvez chaque jour les Poilus d'Availles de A à Z. Il s'agit des transcriptions de fiches matricules des soldats liés à Availles, ayant participé à la Grande Guerre. Si vous souhaitez partager des photos ou des documents, n'hésitez pas à nous contacter. 

Merci aux Availlais qui en partageant leurs archives ont permis cet hommage. 
Merci à l'équipe (Monique, Thérèse, Marie-Noëlle, Mado, Michel et Lulu) qui a mené ce long travail de transcription. 

------------------

SAINTON Eugène - Classe 1891 - Matricule 787


Né le 04/01/1871 à Availles fils de Clément et de FONTENY Louise.
Taille : 1,68m, cheveux et sourcils châtains foncé, yeux roux, font ordinaire, nez relevé, bouche moyenne, menton rond, visage ovale.
Degré d’instruction : 3
Profession : limonadier
Recensement 1911 Availles : non mentionné.
Lieux de résidence : Paris, Niort, Availles.

Parcours : Dirigé sur le 21ème R. chasseurs à cheval le 15/11/1892. Brigadier le 07/08/1893. Envoyé en congé le 08/11/1894. Certificat de bonne conduite « accordé ». Passé dans la réserve de l’armée active le 01/11/1895. Affecté à la Cie légère à Niort au 01/07/1897. Affecté au 20ème R.A le 15/04/1904. A accompli une période d’exercices dans le 7ème R.de Hussards du 3 au 30/10/1898. A accompli une 2ème période d’exercices dans le 7ème R.de Hussards du 01 au 28/08/1903. Passé dans l’armée territoriale le 01/11/1907. Rappelé à l’activité par décret de mobilisation du 01/08/1914 au 22ème R.A. Arrivé au corps le 15/08/1914 (Affecté aux travailleurs du Nord. Parti à la 15ème section de commis et ouvriers le 21/12/15. Passé au 5ème R.G le 09/10/1918. Détaché sur les grands réseaux le dit jour. Renvoyé dans ses foyers le 10/12/1918.
Campagnes : contre l’Allemagne du 15/08/1914 au 10/?/1918.


SAIVEAU Louis Arthur Classe 1897 Matricule 878


Né le 6 novembre 1877 à Availles, fils de Louis et de MEUNIER Pauline
Taille 1,66 m, Cheveux et sourcils bruns, yeux chatains, front ordinaire, nez long, bouche moyenne, menton rond, visage ovale.
Profession Cultivateur.
Lieux de résidence : Vouneuil.
Décédé le 07/01/1921 à Vouneuil-sur-Vienne.
Recensement 1911 Availles : non mentionné.

Parcours militaire : Incorporé au 66e RI à compter du 15 novembre 1898, Soldat 1e classe. Envoyé en congé le 24 septembre 1901. Rappelé le 1e aout 1914, dirigé sur le 69e RI. Passé au 86e RI le 12 septembre 1917. Congé illimité le 26 janvier 1919.


SARRAZIN Raoul Robert - Classe 1916 - Matricule 590


Né le 15/06/1896 à Availles, fils de Louis Léon et de GUERIN Célestine domiciliés à Saint-Sauveur.
Taille 1,65m (taille rectifiée 1,59m), cheveux châtains, yeux châtains, front moyen, nez rectiligne, visage ovale.
Degré d’instruction 3.
Profession limeur.
Marié à Angèle BOURDEAU le 2 mars 1918 à Châtellerault.
Lieux de résidence : Availles, Saint-Sauveur, Châtellerault.
Recensement 1911 Availles  non mentionné

Parcours : Maintenu ajourné le 30/05/1917. Incorporé le 15/04/1918, 51ème RA, 2ème canonnier. Passé aux armées le 19/07/1918, passé au 5ème RA le 23/07/1918. Passé dans la réserve de l’armée active le 7 janvier 1919. Certificat de bonne conduite accordé. Passé dans la position sans affectation le 1er mai 1929.
Employé à la Manufacture d’armes de Châtellerault en qualité de limeur, maintenu à la mobilisation. Classé affecté spécial Tableau III en qualité de conducteur de machines-outils.


SARRAZIN Georges Alfred - Classe 1912 – Matricule 271


Né le 4 février 1892 à Senillé, d’Alfred et d’OUVRARD Marie Constance, domiciliés à Monthoiron. Cultivateur.
Taille 1,65m, cheveux châtains, yeux châtains, front moyen, nez moyen, visage ovale, cicatrice à l’œil gauche.
Degré d’instruction 3
Profession cultivateur
Marié à Renée ROY le 25 octobre 1919 à Availles.
2 enfants Ginette en 1923 et Jacques en 1927.
Décédé le 28 février 1976 à  Availles.
Résidences : Monthoiron et Availles (Chabonnes)
Recensement 1911 Availles  non mentionné

Parcours militaire : Incorporé à compter du 10/10/1913 au 32ème RI, soldat de 2ème classe. Passé sous la réserve de l’armée active le 1/10/1915. Passé au 84ème RI le 21/11/1915. Passé au 45ème RI le 12/02/1916. Passé au 151ème RI le 19/11/1917. Disparu le 25/09/1918 dans le secteur de Marbache (Meurthe et Moselle) suivant avis officiel du 12/11/1918 n°7229. Prisonnier en Allemagne. Rapatrié le 8/12/1918. Passé au 32ème RI le 10/01/1919. Passé au 9ème Escadron du Train le 26/01/1919. Envoyé en congé illimité de démobilisation le 10/07/1919 à  Monthoiron par le 9ème Train (fils ainé de trois frères mobilisés) (un frère tué). Certificat de bonne conduite accordé.
Campagnes : aux armées du 02/08/1914 au 20/11/1815, à l’intérieur du 21/11/1915 au 11/01/196, A l’armée d’Orient du 12/01/1916 au 14/05/1917, à l’intérieur du 15/05/1917 au 18/09/1917, aux armées du 19/09/1917 au 25/09/1918, en captivité du 26/09/1918 au 08/12/1918, à l’intérieur du 09/12/1918 au 10/07/1919.
Cité à l’ordre de la Division le 21/09/1918 : «  En batterie a découvert au bord d’une rivière a fait taire une mitrailleuse et dispersé des grenadiers ennemis qui s’opposaient de l’autre rive au passage en radeau du bataillon. Passé à son tour, a contribué à faire des prisonniers.
Croix de guerre Etoile d’Argent.


SENECHAULT Louis Albert - Classe 1891 - Matricule 753


Né le 14/08/1871 à Availles fils de Jean et de MORIN Madeleine.
Taille : 1,74m, cheveux et sourcils noirs, yeux gris bleu, front ordinaire, nez droit, bouche moyenne, menton rond, visage ovale.
Degré d’instruction : 2
Profession : cultivateur
Marié à Fernande Eugénie Alexandrine RABEAU
Au moins un enfant Jean Albert né en 1918 à Availles.
Recensement 1911 Availles : non mentionné.
Lieux de résidence : Châtellerault, Availles.

Parcours militaire : Dirigé sur le 77ème R.I le 16/11/1892. Arrivé au corps le dit jour, Soldat de 2ème classe. A accompli comme ordonnance d’officier monté une période d’instruction du 15 /05 au 24/06/1893 inclus dans le 25ème R. de Dragons. A obtenu la mention « bien ». Envoyé en congé le 24/09/1895 en attendant son passage dans la réserve de l’armée active. Certificat de « bonne conduite accordé ». Passé dans la réserve de l’armée active le 01/11/1815. A accompli une 1ère période d’exercices dans le 32ème de ligne du 22/08 au 18/09/1898. A accompli une 2ème période d’exercices dans le 32ème R.I du 26/08/ au 22/09/1901. Passé dans l’armée territoriale le 01/11/1909. Rappelé à l’activité par décret de mobilisation du 01/08/1914. Dirigé sur 69ème R.I. Arrivé au corps le 02/08/1914. Renvoyé dans ses foyers le 31/08/1914. Convoqué à nouveau le 31/12/1914. Rejoint son dépôt le 11/03/1915. Passé au 70ème R.I le 11/04/1915. Passé au 1er R.I le 21/05/1916. Passé au 87ème R.I le 15/01/1917. Détaché pour travaux agricoles catégorie A à Availles du 15/09/1917. Passé au 109ème RAL le 10/11/1917.
Campagnes : contre l’Allemagne du 02 au 31/08/1914 et du 31/12/1914 au 14/09/1917.





SERREAU Aristide Henri - Classe 1916 - Matricule 1205


Né le 1er septembre 1896 à Availles, fils d’Henri Ernest et de AZILE Adèle.
Taille 1,60m, cheveux noirs, yeux marron clair, front fuyant, nez busqué, visage long.
Degré d’instruction 3.
Profession cultivateur, domicilié à Availles.
Marié à Marie GURGES le 17 juin 1922 à Bonnes.
Décédé le 27 avril 1973 à Availles.
Recensement 1911 Availles  mentionné aux Savignées

Parcours militaire : Incorporé au 32ème RI à compter du 3septembre 1917, soldat de 2ème classe. Passé au 66ème RI en mai 1918 puis au 287ème RI le 7/10/1918. Passé dans la réserve le 7/01/1919. Passé au 9ème escadron du train le 4/06/1919 puis envoyé en congé illimité de démobilisation. Certificat de bonne conduite accordé.
Affecté au dépôt agricole d’artillerie le 15 mai 1940.


SERREAU René Camille – Classe 1911 – Matricule 768

le 2 juillet 1891 à Availles (Princay), fils de feu Paul Ernest et de Marie Hélène GRANDIN domiciliés à Availles
Taille 1,65m, cheveux châtains, yeux chat-verdâtre, front vertical, nez rectiligne, visage long
Degré d’instruction 3
Profession : maçon à Availles
Lieu de résidence : Availles (Prinçay)
Parcours militaire : Incorporé à compter du 8/10/1913 au 68ème RI soldat 2ème classe. Passé au 114ème RI le 19 septembre 1915. Caporal, 11ème compagnie du 114ème RI
Mort Pour la France, à l’âge de 23 ans,  le 30 Octobre 1915 à 16H à Loos en Gohelle (62) – Tué à l’ennemi.
Acte de décès transcrit à Availles-en-Châtellerault
Monument aux Morts : Inscrit à Availles-en-Châtellerault. 
Livre d'Or : Inscrit à Availles-en-Châtellerault
Recensement 1911 Availles mentionné à Prinçay





SERREAU Henri Ernest Classe 1891 Matricule 781


Né le 27/09/1871 à Availles fils de François et de CHARAUDEAU Madeleine.
Taille 1,61m, cheveux et sourcils châtains, yeux châtains, front ordinaire, nez petit, bouche petite, menton rond, visage ovale.
Degré d’instruction : 3
Profession : maçon
Recensement 1911 Availles : mentionné (Le bourg).
Lieux de résidence : Châtellerault, Oyré.

Parcours militaire : Incorporé au 32ème de ligne comme appelé à compter du 13/11/1894. Arrivé au corps le dit jour soldat de 2ème classe. Envoyé en congé le 24/06/1895 en attendant son passage dans la réserve de l’armée active. Certificat de bonne conduite « accordé ».
Passé dans la réserve de l’armée active le 01/11/1895. A accompli une 1ère période d’exercices dans le 32ème de ligne du 27/07/ au 24/08/1897. A accompli une 2ème période d’exercices dans le 32ème R.I du 26/08/ au 22/09/1901. Passé dans l’armée territoriale le 01/11/1907. Rappelé à l’activité par décret de mobilisation du 01/08/1914. Dirigé sur le 69ème R.I. Arrivé au corps le 02/08/1914. Renvoyé dans ses foyers le 31/08/1914. Rappelé de nouveau au 69ème R.I à compter du 01/03/1915. En sursis à la Manufacture d’Armes de Châtellerault du dit jour au 15/07/1914. Détaché à la dite Manufacture 11/07 au 15/07/1915.
Campagnes : contre l’Allemagne du 02 au 31/08/1914.


SERREAU Georges Marcel - Classe 1913 - Matricule 511


Né le 3 aout 1893, à Availles, fils de feu Paul Ernest et GRANDIN Marie-Hélène, domicilié à Availles, profession de maçon.
Taille 1,67m cheveux noirs, yeux marron, front fuyant, nez gros, visage long.
Degré d’instruction 3.
Profession : Conducteur d’automobile.
Lieux de résidence : Availles.
Recensement 1911 Availles  mentionné à Prinçay

Parcours militaire : Exempté en 1914 pour rétrécissement mitral. Maintenu en 1914 (décret du 09/09/1914) Vouneuil le 11/10/1914. Classé réserve auxiliaire le 24/03/1917. Léger rétrécissement mitral bien compensé. Affecté au 9ème escadron du Train. Arrivé à au corps et soldat auxiliaire le 16/05/1917. Passé au 3ème escadron du Train le 02/08/1917. Passé au 20ème escadron du Train le 07/09/1917. Envoyé en congé illimité de démobilisation le 28/07/1919 à Availles par le 9ème train (fils ainé de veuve cultivatrice) (7ème échelon 11535) (n°16362). Certificat de bonne conduite accordé. Réformé n°2 par la Commission de réforme de Poitiers du 02/07/1926 pour tuberculose.
Campagnes à l’intérieur contre l’Allemagne du 16/05/1917 au 28/07/1919.

SIMONNEAU Auguste  Classe 1904 Matricule 672


Né le 2 mars 1884 à Availles, fils d’Arthur  et HENIN Hortense
Taille 1,63 m, cheveux blonds, yeux bleus, front ordinaire, nez moyen, visage ovale.
Degré d’instruction 3
Profession : Charron domicilié aux Savignés à Availles
Recensement 1911 Availles  mentionné aux Savignés

Parcours militaire : Dirigé le 9 octobre 1905 sur le 20) bataillon  de chasseurs a pieds
Soldat 1° classe le 18 juin 1907, envoyé en congé le 28 septembre 1907 en attendant son passage dans la réserve de l’armée active (régiment d’infanterie de Châtellerault)
Rappelé à l’activité par décret de mobilisation le 1.08.1914
Au combat contre l’Allemagne du 13/08/1914 au 23 octobre 1919
Envoyé en congé illimité de démobilisation le 21 janvier 1920par le 32) régiment d’infanterie
A été blessé le 18 octobre 1914 à Bernécourt (Meurthe et Moselle) d’une balle de shrapnell dans la tête; proposé pour pension d’invalidité permanente  pour perte presque complète du pavillon oreille droite
Citation à l’ordre du régiment 550 le 15/06/1917: « sapeur consciencieux, discipliné brave et courageux, s’est distingué à plusieurs reprises et en particulier pendant le bombardement par les obus incendiaires dans la nuit du 10 au 11 juin 1917. »



SUIRE Joseph Eugène Classe 1890 Matricule 802


Né le 06/03/1870 à Pleumartin fils d’Alexandre et de SIROP Marie Radegonde domiciliés à Availles à la Lialière.
Taille 1,69 m, cheveux et sourcils châtains, yeux roux, front ordinaire, nez long, bouche moyenne, menton rond, visage ovale.
Degré d’instruction : 3
Profession : cultivateur
Marié avec Emma Dohiska CHAINET le 23 février 1895 à Colombiers.
Enfants retrouvés : Emma née en 1899 à Availles. (Rec 1911).
Recensement 1911 Availles : mentionné (La lialière).
Lieux de résidence : Availles, Châteauroux.

Parcours militaire : Incorporé le 14 novembre 1891 sur le 33e RA, 2e canonnier conducteur. Envoyé dans la réserve active en octobre 1894. Rappelé le 1er aout 1914, dirigé au 33e RA en mars 1915. Passé au 13e Escadron du Train en janvier 1916 puis 36e RA en novembre et détaché à l’atelier de chargement de Montluçon.




S - STO par Marie-France #challengeAZ - #Availles86




Cette affiche, datant de 1942, représente la campagne de recrutement de travailleurs Français, par le gouvernement de Vichy, jouant sur le chômage (artificiellement créé par la privation des usines de leurs matières premières), au motif honteux de la relève des prisonniers en Allemagne. En réalité, il s’agissait de compenser le manque de main d’œuvre allemand dû à l’envoi de ses soldats sur différents fronts. Chantage ignoble rapidement démenti par la mise en place de la déportation forcée au travail avec la loi du 04 septembre 1943 qui stipulait ceci : Toutes les personnes, de sexe masculin de plus de 18 ans et de moins de 50 ans et toutes les personnes de sexe féminin de plus de 21 ans et de moins de 35, peuvent être assujetties à effectuer tous travaux pour l’Allemagne que le gouvernement jugera utiles et ce dans l’intérêt de la Nation

A la fin de la guerre, cette situation a créé un amalgame délétère entre les volontaires au STO (150 000 environ) qui sont partis pour gagner leur vie ou faire revenir un proche parent et les requis au STO.

Ainsi donc, par une négociation entre Berlin et Vichy, 600 000 Français (et étrangers) seront envoyés de force en Allemagne nazie au titre du Service du Travail Obligatoire. Près de 250 000 réfractaires réussiront à se cacher dont 40 000 maquisards. Néanmoins, tous les réfractaires ne sont pas devenus maquisards de même que tous les Français ne se sont pas immédiatement rebellés contre cette nouvelle forme de servage. Il n’est guère de famille qui n’ait au moins un membre concerné, directement ou non, par cet exil forcé. Après l’URSS et la Pologne, la France fut le troisième pays fournisseur en main d’œuvre, avec la particularité que ce furent des lois françaises qui obligeaient les requis à partir. Par la suite, à l’inverse de la Résistance, le STO fut un sujet sous-traité, peu commémoré, car le sort de ses victimes fut considéré moins glorieux que les Résistants, moins tragique que celui des Juifs et moins compromettant que celui des collaborateurs.

La France a donc participé à la plus grande entreprise d’esclavage moderne en collaboration étroite avec l’occupant. Faut-il rappeler qu’elle fut le seul pays de l’Europe Occidentale qui a promulgué des lois pour livrer, sans aucune protection, 600 000 Français à l’occupant nazi ? 

Jean Chaise, Président de la Fédération Nationale des victimes et rescapés des camps nazis du travail forcé et d’un périodique historique « Le Proscrit » disait, dans le numéro 81 : Avant que les derniers survivants de cette période noire, que la France veut ignorer, ne disparaissent nous devons tout faire pour que l’oubli ne couvre pas ce crime commis délibérément par un gouvernement provisoire. Il ajoutait : « Avec nos faibles forces, ce sera notre dernier combat. » 

A noter qu’avant fin février-mars 1943, dès octobre-novembre 1942, des ouvriers de la Manufacture d’armes de Châtellerault, de chez Rocher à Cenon et autres usines en lien avec l’armement, ont été réquisitionnés avant le véritable STO, dans le cadres des réquisitions dites SAUCKEL. Ces jeunes étaient considérés comme des requis STO que l’on peut nommer « les premiers STO ». Parmi les 504 ouvriers de la Manu concernés, certains était « peut-être » originaires de Availles en Châtellerault.

 Mes recherches ont donc commencé aux Archives Départementales de Poitiers, sur le fichier du Recensement du STO 123W, en vue de retrouver les jeunes de Availles-en-Châtellerault de 21 ans, classe 22, requis au départ effectif de février-juin 1943.
Comme je souhaitais axer ma recherche sur le lien entre Résistance et STO, j’ai centré ma prospection sur ceux qui ne sont pas partis, à savoir : les réfractaires, c’est-à-dire ceux qui ne sont pas présentés.
-      Où se sont-ils cachés ?
-      Avec quelles aides ?
-      Ont-ils été recherchés ?
-      Si oui par qui ?
-       Ont-ils été dénoncés ?
-       Y-a-t-il eu des arrestations ?

Répondre à ces questions prenait une allure d’enquête nominative que j’ai abandonnée s’agissant plus de donner des clés et des pistes afin qu’il soit plus facile aux descendants intéressés de retrouver des informations.

Cet abandon m’a amenée à rencontrer un survivant de la Résistance et du STO, un Châtelleraudais 96 ans dont je présenterai le parcours au Bistrot du Patrimoine de Availles-en-Châtellerault, le 06 décembre 2018.

D’une manière générale, les victimes du STO ne se sont posées ni en héros, ni en martyrs, seulement en ce qu’ils sont et ont été, à savoir : « des Victimes de la Déportation du travail », par une politique nazie d’asservissement de la main-d’œuvre, avec la complaisance du gouvernement de Vichy.


                                                               Marie-France Rothé

Bibliographie :
Fédération Nationale Des Victimes et Rescapés Des Camps Nazis Du Travail Forcé : Un Livre Blanc Sur Une Période Noire, Paris, 1987

Op. Cit : Le Proscrit, no 81, Paris, décembre 2017

Raphaël Spina, Histoire du STO, Paris 2015, Editions Perrin, introduction générale



mercredi 21 novembre 2018

R - Hommage aux #PoilusdAvaillesAZ - #ChallengeAZ _ #Availles86

A l'occasion du ChallengeAZ des Availlais,  retrouvez chaque jour les Poilus d'Availles de A à Z. Il s'agit des transcriptions de fiches matricules des soldats liés à Availles, ayant participé à la Grande Guerre. Si vous souhaitez partager des photos ou des documents, n'hésitez pas à nous contacter. 

Merci aux Availlais qui en partageant leurs archives ont permis cet hommage. 
Merci à l'équipe (Monique, Thérèse, Marie-Noëlle, Mado, Michel et Lulu) qui a mené ce long travail de transcription. 

------------------

RABEAU Louis Firmin classe 1903 Matricule 535

Né le 13/08/1883 à Leigné-les-bois fils de Louis et de GRANDIN Marie.
Taille 1,70m, cheveux et sourcils bruns, yeux roux, front ordinaire, nez moyen, bouche moyenne, menton rond, visage ovale.
Degré d’instruction : 3
Profession : cultivateur.
Lieux de résidence : Availles.
Recensement 1911 Availles mentionné au Marchais
Parcours militaire : Dirigé le 15/11/1904 sur le 32ème R.I arrivé au corps le dit jour et soldat de 2ème classe. Envoyé en congé le 12/07/1907 en attendant son passage dans la réserve. Certificat de bonne conduite « accordé ». Rappelé à l’activité par décret de mobilisation du 01/08/1914. Dirigé sur le 3ème R.I. Arrivé au corps le 12/08/1914. Disparu le 22/08/1914 à St Vincent du 01/09/1916. Décès fixé au 22/08/1914 par jugement déclaratif rendu par le tribunal de Châtellerault du 12/07/1920. A accompli une 1ère période d’exercices dans le 32ème R.I du 29/08 au 20/09/1910. A accompli une 2ème période d’exercices dans le 32ème R.I du 21/05 au 06/06/1912.
Campagnes : contre l’Allemagne du 12/08/ au 22/08/1914

RABEAU René

RAYMOND Jules Fernand Joseph - Classe 1896 - Matricule 933

Né le 18/03/1876 à Availles, fils de Jules et de COGNEE Eugénie.
Taille 1,68m, cheveux et sourcils bruns, yeux roux, front large, nez moyen, bouche moyenne, menton rond, visage ovale.
Degré d’instruction : 5
Profession ?
Recensement 1911 Availles : non mentionné.
Lieux de résidence : Tours, Chambéry, Aurillac.
Parcours militaire : Incorporé au 135ème R.I à compter du 16/11/1897 Passé à l’Etat-major de l’Ecole Militaire d’infanterie le 15/07/1898. Caporal le 06/03/1899. Sergent fourrier le 01/08/1899. Envoyé en congé le 28/07/1900. Certificat de bonne conduite accordé. Nommé sous-lieutenant de réserve au R.I du 9ème. A accompli une période d’exercices dans le 99ème R.I du 08 au 21/04/1907. Promu Lieutenant pour prendre rang du 05/05/1911. Rappelé à l’activité le 01/08/1914 au 99ème R.I. Promu capitaine à titre temporaire et pour la durée de la guerre à compter du 01/04/1915. Mort pour la France, tué à l’ennemi le 21/09/1915 près de Snippe (Marne). Citations : cité à l’ordre de l’armée du 99e RI du 27/11/1915 avec la mention suivante : « officier du plus grand mérite : modèle d’énergie et de bravoure a été glorieusement tué en dirigeant les travaux préparatoires à l’attaque du 25/09 ».

Décorations : croix de guerre avec palme.
Campagnes : contre l’Allemagne du 03/08/1914 au 21/09/1915.

RIBREAU Joseph - Classe 1899 - Matricule 894


Né le 02/03/1879 à Availles fils de Louis et de BLANCHANT Pauline.
Taille 1,67m, cheveux et sourcils bruns, yeux bleus, front ordinaire, nez moyen, bouche moyenne, menton rond, visage ovale.
Degré d’instruction : 3
Profession : armurier
Marié à Marie-Désirée Emma MORIN le 4 mars 1905 à Availles.
Au moins deux enfants Andrée née en 1916.
Recensement 1911 Availles : Mentionné à la Charauderie.
Lieux de résidence : Châtellerault, Availles (La Charauderie).

Parcours : Dirigé le 15/11/1901 sur le 66ème R.I. Arrivé au corps le dit jour n°mle 3458. Soldat de 1ère classe le 29/08/1903 en attendant son passage dans la réserve. Certificat de bonne conduite « accordé ». Rappelé à l’activité par décret de mobilisation du 01/08/1914. Arrivé au corps le 06/08/1914. Détaché à la manufacture d’armes de Châtellerault du 06/07/1915 au 07/05/1915. Passé au 37ème R.A le 01/07/1917. Envoyé en congé illimité de démobilisation à Availles le26/02/1919, par le 20ème R.A. Veuf et père de deux enfants. Affecté à la dernière classe de mobilisation de la 2ème réserve le 20/10/1923. Certificat provisoire accordé le 30/05/1928.


RIBREAU Camille Désiré René Classe 1906 Matricule 590

Né le 22/10/1886 à Availles fils de feu Antoine Eugène et de ARNAULT Marie.
Taille 1,65m, cheveux et sourcils châtain foncé, yeux gris, front ordinaire, nez moyen, bouche moyenne, menton rond, visage ovale.
Degré d’instruction : 3
Profession : employé de commune.
Lieux de résidence : Châtellerault.
Recensement 1911 Availles  non mentionné
Parcours militaire : Inscrit sous le n°174 de la liste de Châtellerault. Engagé volontaire pour 4 ans le 24/07/1905 à la mairie de Châtellerault pour le 32ème R.I arrivé au corps le dit jour et soldat de 2ème classe. Caporal le 22/09/1906. Sergent le 16/07/1907. Certificat de bonne conduite « accordé ». Passé dans la réserve de l’armée active le 24/07/1909. Rappelé à l’activité par décret de mobilisation du 01/08.1914. Dirigé sur le R.I Châtellerault. Arrivé au corps le 04/08/1914. Adjudant le 24/10/1914.
Mort pour la France à l’âge de 28 ans le 15/12/1914. Tombé au champ d’Honneur au combat de Iliry
Secours immédiat de 200f payé le 10/03/1915. (Avis du 14/06/1915).
Campagnes : contre l’Allemagne du 04/08/1914 au 15/12/1914.
Acte de décès transcrit à Châtellerault le 17 Juin 1915


RICATEAU Jules - Classe 1898 – Matricule 431


le 11 mai 1878 à Saint-Sauveur, fils de René et de Marie MERLE
Taille 1,68m
Degré d’instruction 3
Profession : Cultivateur
Marié à LEPINE Louise le 4 juillet 1903 à Availles.
Recensement 1911 Availles : mentionné (Le Pressoir)
Domiciles : Availles (le Magnou)

Parcours militaire :
Incorporé à compter du 1er nov 1899, au 4eRI - Soldat 1ère Classe - Certificat de bonne conduite accordé - Rappelé le 1er aout 1914, 236eRI, 319eRI.
Citations  à l’ordre de la brigade en 1916.
Décorations : Croix de guerre

RION Célestin - Classe 1895 - Matricule 463


Né le 20 décembre 1875 à Thuré, fils de Célestin et de Magdeleine BARDIN.
Taille 1,60m, cheveux et sourcils châtains, yeux châtains, front ordinaire, nez moyen, bouche moyenne, menton rond, visage ovale.
Degré d’instruction 3
Professions : Cultivateur.
Recensement 1911 Availles : mentionné (Prinçay).
Marié à BARRAULT Marie Eugénie, à Monthoiron le 28 juillet 1909. 1 enfant au moins.
Décédé le 26 juin 1961 à Senillé à l’âge de 86 ans.
Recensements d’Availles : mentionné à Prinçay en 1911. 
Domiciles : Châtellerault -  Monthoiron – Availles.

Parcours militaire : Incorporé au 32e RI à compter du 12/11/1896, soldat de 2ème Classe.   Rappelé à compter du 1er aout 1914, 69eRI, 104eRI, 104eRI. Classé inapte en 1915 pour raison de santé. Service auxiliaire. Poudrerie d’Angoulême, travaux agricoles d’Availles.
Certificat de bonne conduite.


ROUGET Albert - Classe 1902 - Matricule 1132

Né le 18 octobre 1882 à Availles, fils de Joseph et de feu MONDON Louise.
Taille : 1,57m, cheveux et sourcils châtains, yeux bleus, front ordinaire, nez moyen, bouche moyenne, menton rond, visage ovale.
Degré d’instruction 3
Profession : domestique cultivateur.
Marié à Fidèle Augustine Alexandrine DUBOIS.
Recensement 1911 Availles : Mentionné au Plessis.
Lieux de résidence : Châtellerault, Availles.
Aau moins deux enfants : André Albert né en 1911, Gilberte Camille en 1918.

Parcours militaire
Grades : 32ème Régiment d’Infanterie, éclat d’obus au visage, perte d’un œil, pension de retraite en juillet  1915.
Dirigé le 15 novembre 1903 sur le 68ème Régiment d’Infanterie. Arrivé au corps le dit jour au n°4858 et soldat de 2ème classe. Envoyé en congé le 18 septembre 1906 en attendant son passage dans la réserve. Certificat de bonne conduite « accordé ».Passé dans la réserve de l’armée active le 1er octobre 1906. Rappelé à l’activité par décret de mobilisation du 1er août 1914. Dirigé sur le Régiment d’Infanterie à Châtellerault, arrivé au corps le 11 août 1914. Proposé pour pension de retraite de 5ème classe pour perte de l’œil gauche par la commission spéciale de Tours du 23 janvier 1915. Admis une pension de retraite de 636 frs par décret du 25 juillet 1915.
Campagnes : contre l’Allemagne du 11 août 1914 au 25 juillet 1915, aux armées du 11.8.14 au 27.8.14, Intérieur du 28.8.1914 au 23.1.15.



ROUGET Joseph Firmin Classe 1888 Matricule 772

 Né le 23/11/68 à Availles fils de Joseph et de MONDON Louise.

Taille 1,61m, cheveux et sourcils châtain foncé, yeux châtains, front ordinaire, nez petit, bouche petite, menton rond, visage plein.
Degré d’instruction : 2
Profession : domestique cultivateur.
Marié avec Marie Louise RIBREAU le 6 juillet 1903 à Chenevelles. 4 enfants.
Recensement 1911 Availles : non mentionné
Lieux de résidence : Chenevelles, Châtellerault, Availles.
Parcours militaire : Parti pour le 7ème Régiment de Hussards le 13 novembre 1889 arrivé au  corps le dit jour, N° 735. Soldat de 2ème classe. Envoyé en congé le 29/09/92 en attendant son passage dans la réserve Certificat de bonne conduite « accordé  ».  Affecté au RA à  Poitiers  le 3/02/99. A accompli une 1ère période d’exercices dans le 7ème RH du 30/09 au 27/10/95. A accompli une 2ème période d’exercices dans le 20ème RA du 14/05 au 10/06/10. Passé dans l’armée territoriale le 1/11/02. A été employé  la réquisition des animaux du 4 au 5/08/14.
Campagnes : contre l’Allemagne du 4 au 5/08/14.


ROY Jean Joseph – Classe 1887 – Matricule 1080

le 31/12/67 à Availles fils de Jean et de ALLAIN Louise.
Taille 1,58m, cheveux et sourcils châtains, yeux gris, front ordinaire, menton rond, visage ovale.
Degré d’instruction 2
Profession : domestique, ouvrier armurier, journalier.
Marié avec Louise Joséphine ROUGET le 29 octobre 1894 à Availles. Deux enfants.
Décédé le 21 avril 1939 à Availles, à l’âge de 71 ans.
Recensement 1911 Availles : mentionné (Chabonnes)
Lieux de résidence : Availles (Les Bouzereaux en 1872, Nauds (1894), Tiers Colas (1896), Chabonne (1901)

Parcours militaire : Incorporé le 12/12/88 sur la 77ème de ligne. Clairon le 28 septembre 1890.  Envoyé en congé le 25/12/91. Certificat de bonne conduite « accordé ». Rappelé à l’activité le 1/08/14 à l’âge de 47 ans. Convoqué au 69ème RI le 15/07/15 (DM ou le 4/07/15). Détaché à la manufacture d’armes de Châtellerault au 15/07/15 au 30/11/18.

ROY Louis - Classe 1890 - Matricule 815

Né le 03/04/1870 à Availles fils de Jean et de ALLAIN Louise.
Taille 1,64m, cheveux et sourcils bruns, yeux roux, front ordinaire, nez épaté, bouche petite, menton rond, visage ovale.
Degré d’instruction : 3
Profession : coutelier
Marié avec Louise RIBREAU le 6 novembre 1894 à Availles.
Source de l’image : photo de mariage de son frère Jean Joseph marié le 29 octobre de la même année.
Un enfant retrouvé : Henriette Léa née le 6 décembre 1904 à Availles.
Recensement 1911 Availles : non mentionné.
Lieux de résidence : Availles.
Parcours militaire : Incorporé le 14/11/91 au 15e Régiment de Chasseurs. Brigadier le 04/12/92. Passé  14ème Régiment Hussards le 20/09/93 Envoyé en congé le 27/09/94. Certificat de bonne conduite « accordé ». Rappelé à l’activité le 01/08/14. Dirigé sur le 9ème Escadron du Train des équipages. Détaché à l’usine Chéron Vogt à Cenon le 19/04/15. Passé au dépôt du 3ème et 6ème Cuirassiers le 01/07/17. Détaché aux travaux agricoles le 29 juin 1917, commune d’Availles. Passé au 109ème RAL le 22/10/17. Campagnes : contre l’Allemagne du 3 au 5/08/14 et du 31/03/15 au 18/12/15.

Roy Ernest Henri - Classe 1902 - Matricule 1059

Né le 16 mars 1882 à Availles, fils d’Ernest et RICATEAU Augustine.
Taille : 1,79m, cheveux et sourcils bruns, yeux châtains, front ordinaire, nez fort, bouche moyenne, menton rond, visage allongé.
Degré d’instruction 3
Profession : cultivateur à Saint-Gervais.
Se marie à Saint-Gervais-les-Trois-Clochers (86) le 20 Novembre 1909 avec LEGER Marie Josephe Eugénie née à Leigné-sur-Usseau
Le 13 décembre 1910 nait à St-Gervais, leur fille Madeleine. Adoptée par la nation le 1er Mars 1920.Le 28 janvier 1912 nait à St-Gervais Henriette Georgette, adoptée par la nation le 1er Mars 1920.
Recensement 1911 Availles : non mentionné.
Lieux de résidence : Thuré, St Gervais.

Parcours militaire
Grades : Soldat 32ème Régiment d’Infanterie, mort pour la France le 6 septembre 1914.
Dirigé le 15 novembre 1903 sur le 68ème Régiment d’Infanterie. Arrivé au corps le dit pour N°5033 et soldat de 2ème classe. Envoyé en congé le 18 septembre 1906 en attendant son passage dans la réserve. Certificat de bonne conduite « accordé ».
Passé dans la réserve de l’armée active le 1er octobre 1906. rappelé à l’activité par décret de mobilisation du 1er août 1914. Dirigé sur le Régiment d’Infanterie à Châtellerault. Arrivé au corps le 11 août 1914. Mort pour la France décès  remontant au mois de septembre 1914. Constaté le 13 mars 1916. Inhumé au lieudit  le Pré à Vaches tombe 565 commune de Morains (Marne) secours immédiat de 15Ofrs payé le 22 août 1916 à son épouse à Thuré .
Rappelé le 1er Aout 1914.
Décédé le 6 septembre 1914 avis de jugement déclaratif recours par le tribunal Civil  de Châtellerault le 26 avril 1920.
Campagnes : contre l’Allemagne intérieur du 11 août 1914 au 29 août 1914, Armée au 3O août 1914 au 6 septembre 1914.
Mort Pour la France à l’âge de 32 ans,  le 6 Septembre 1914, à Morains le Petit (Marne), tué à l'ennemi. Décès constaté le 13 Mars 1916.
Inhumé au lieu-dit le Pré à Vaches, tombe 565. Commune de Morains.
Secours immédiat de 150Frs, payé le 22 Aout 1916 à son épouse à Thuré. 
Jugement le 26 Avril 1920 au tribunal de Châtellerault, transcrit le 9 Juillet 1920 à Thuré